Paul VI et la maturation de la conscience missionnaire en Afrique - La contribution de Africae Terrarum et du Discours de Kampala - Grand Format

Note moyenne 
Le Concile Vatican II, ouvert en 1962 par le bon pape Jean XXIII et conclu en 1965 par le pape Paul VI, a mis l'accent sur la valeur des cultures et des... Lire la suite
39,00 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 23 octobre et le 24 octobre
En librairie

Résumé

Le Concile Vatican II, ouvert en 1962 par le bon pape Jean XXIII et conclu en 1965 par le pape Paul VI, a mis l'accent sur la valeur des cultures et des religions non chrétiennes. Dans la déclaration sur les relations de l'Eglise avec les religions non chrétiennes Nostra Aetate, il est question d'une certaine sensibilité à une force cachée qui guide les évènements et la vie, des religions liées au progrès de la culture (Bouddhisme et Hindouisme) et des autres religions proposant des doctrines, des règles de vie et des rites sacrés (cf.
NA 2). Le regard de l'Eglise sur toutes ces réalités a évolué : u L'Eglise catholique ne rejette rien de ce qui est vrai et saint dans ces religions" (NA 2). Paul VI se rend compte qu'il n'a pas été explicitement question de la Religion Traditionnelle Africaine dans les documents finaux du Concile, malgré la présence active de plusieurs évéques africains. Pour pallier ce manque, il écrivit la lettre apostolique Africae Terrarum en 1967, la première du genre dans les temps modernes, adressée à l'Afrique dans sa spécificité sociale, culturelle et religieuse.
Il voulait aider le "continent du soleil" et l'Eglise qui y vit à murir dans l'esprit du Concile. Deux ans après cette lettre, Paul VI effectue un voyage apostolique en Afrique pour honorer la mémoire des Martyrs d'Ouganda qu'il avait canonisés à Rome en 1964 et assister à la naissance de la nouvelle structure ecclésiastique continentale, le Symposium des Conférences Episcopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM).
Au cours de l'homélie de la messe de clôture de cette première rencontre des évêques d'Afrique et de Madagascar, Paul VI prononça ces mots qui ont accéléré l'éveil de la conscience missionnaire de l'Eglise d'Afrique "Vous Africains, vous êtes désormais vos propres missionnaires. Vous pouvez et vous devez avoir un christianisme africain". L'auteur rapproche ces deux documents pour montrer comment Paul VI est le protagoniste principal de la vitalité et de la maturation de la conscience missionnaire de l'Eglise d'Afrique, expression pleine de l'Eglise universelle, dont elle ne doit pas se séparer.

Caractéristiques

  • Date de parution
    09/04/2019
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-343-17417-4
  • EAN
    9782343174174
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    467 pages
  • Poids
    0.703 Kg
  • Dimensions
    15,0 cm × 24,0 cm × 3,4 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Gilbert Kafando

Gilbert M. Kafando est prêtre de l'archidiocèse de Koupéla au Burkina Faso. Docteur en Missiologie, après une spécialisation en Pastorale et Catéchèse Missionnaire, il enseigne la Missiologie et l'Histoire de l'Eglise Missionnaire au Grand Séminaire Saint-Pierre Claver de Koumi (Bobo-Dioulasso) depuis 2014.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Paul VI et la maturation de la conscience missionnaire en Afrique - La contribution de Africae Terrarum et du Discours de Kampala est également présent dans les rayons

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
39,00 €