Les droits sociaux des étrangers

Karine Michelet

Note moyenne : | 0 avis
Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier !
  • L'Harmattan

  • Paru le : 01/01/2002
  • Tous vos e-books sur notre application de lecture
  • Téléchargement immédiat
  • Aide au choix numérique
31,50 €
E-book - PDF
Vérifier la compatibilité avec vos supports

Decitre eBooks

Découvrez vos e-books avec notre application de lecture !

Votre note
Si l'analyse de la condition des étrangers est en général révélatrice du degré de tolérance d'une société, l'étude de leur statut en matière de droits sociaux permet quant à elle de souligner les limites et les paradoxes de l'Etat de droit. Parce que leur caractère " inaliénable et sacré " s'impose avec moins d'évidence, les droits sociaux consacrés par le Préambule de la Constitution de 1946, longtemps considérés comme l'accessoire des droits et libertés dits " classiques ", ont été d'autant moins facilement reconnus au profit des étrangers qu'ils ont des répercussions économiques et financières.
Bon nombre d'entre eux étant, en outre, des " droits-créances ", imposant pour leur mise en oeuvre l'intervention du législateur, la condition des étrangers en la matière est longtemps restée subordonnée aux positions instables des majorités politiques. Aussi, loin d'être spontanée et immédiate, l'affirmation des droits sociaux des étrangers est, à l'image de l'ensemble du droit réservé à cette catégorie de personnes, le produit d'un long processus.
Historiquement contesté, le droit des étrangers aux droits sociaux s'est néanmoins progressivement affirmé. Sous la pression des principes d'égalité et d'interdiction des discriminations reposant sur la nationalité, proclamés au niveau interne comme international, et grâce aux progrès des divers instruments de contrôle, l'accès des étrangers aux droits sociaux du Préambule a été admis. Pour autant, il n'est pas permis de parler d'identité de statut à l'égard des droits sociaux entre étrangers et nationaux.
Résultante de l'immixtion de la politique d'immigration dans le secteur des droits de l'homme, la mise en oeuvre contemporaine des droits sociaux des étrangers apparaît encore largement contestable : la persistance de certaines discriminations reposant sur la nationalité ainsi que les conditions de l'accès de cette catégorie de personnes à ces droits témoignent en effet du caractère minimaliste du régime de droit commun.
Bien que déjà ponctuellement assoupli, ce dernier est encore largement perfectible. Plusieurs évolutions récentes de la législation comme de la jurisprudence interne et internationale affectent les fondements de ces droits comme leur régime et semblent poser les bases d'une évolution favorable de la situation des non-nationaux à l'égard du bénéfice des droits sociaux.
  • L'AFFIRMATION THEORIQUE DES DROITS SOCIAUX DES ETRANGERS
    • La reconnaissance externe des droits sociaux des étrangers
    • La reconnaissance nationale des droits sociaux des étrangers
  • LA MISE EN ŒUVRE CONTESTABLE DES DROITS SOCIAUX DES ETRANGERS
    • Un régime de droit commun minimaliste
    • Un régime largement perfectible
  • Caractéristiques du format PDF
    • Pages : 498
    • Protection num. : Digital Watermarking
    • Imprimable : Autorisé
    • Copier coller : Autorisé

Biographie de Karine Michelet

Karine MICHELET est maître de conférences de Droit public à l'Université Montesquieu-Bordeaux IV.

Nos avis clients sur decitre.fr


Avis Trustpilot
Karine Michelet - .
Les droits sociaux des étrangers
31,50 €
Haut de page
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK

Ne partez pas tout de suite...

Inscription newsletter