Seule, la vie... Tome 2 (Broché)

Joyeux, fais ton fourbi

  • Finitude Editions

  • Paru le : 19/01/2012
Note moyenne : |
Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier !
Donnez votre avis !
Joyeux, c'est le surnom donné aux damnés qu'on laisse pourrir dans les bataillons disciplinaires d'Afrique. Joyeux, quelle ironie... Julien Blanc revient... > Lire la suite
24,00 €
Neuf - Expédié sous 7 à 8 jours
  • ou
    Livré chez vous à partir du 7 mars
ou
Votre note
Joyeux, c'est le surnom donné aux damnés qu'on laisse pourrir dans les bataillons disciplinaires d'Afrique. Joyeux, quelle ironie... Julien Blanc revient sur l'épisode le plus tragique de sa jeunesse : les années passées dans ces fameux Bat' d'Af ', réservés aux fortes têtes et aux délinquants. Julien Blanc est un écrivain d'une rare honnêteté, qui raconte cette expérience terrible sans misérabilisme, sans pathos et surtout sans fausse pudeur.
Il raconte tout : les brimades dont il dénonce l'absurdité, les bizutages, la misère morale et sexuelle de ces hommes, qui les pousse vers une homosexualité souvent subie. Il se souvient de la mesquinerie et de la bassesse de certains gradés, ne valant parfois pas mieux que ceux qu'ils gardent, dans ce lieu où la loi du plus fort prime toujours. C'est un terrible réquisitoire contre la bêtise humaine.
Dans un univers concentrationnaire, Julien Blanc le sait mieux que quiconque, celui qui est traité comme une bête se conduira comme une bête. Rien n'a changé depuis le Biribi de Georges Darien. Mais Blanc n'est jamais dans la démonstration, il ne fait pas oeuvre sociale ni politique. Il est acteur et témoin, aussi intransigeant envers lui-même qu'envers les autres. S'il dénonce, c'est par l'exemple, cherchant toujours à être au plus prêt de ce que sont les hommes ; il guette la plus petite parcelle d'humanité, même chez les pires de ses congénères.
Et il sait garder espoir, cet espoir qu'il va chercher dans l'estime compréhensive d'un médecin militaire, dans son amour des livres, ou auprès d'amitiés indéfectibles... Joyeux, fais ton fourbi (publié pour la première fois en 1947) est le second volet de Seule la vie... la trilogie autobiographique de Julien Blanc, dont nous avons publié le premier volume, Confusion des peines, en janvier 2011. Le troisième volume, Le temps des hommes, paraîtra en janvier 2012.
  • Date de parution : 19/01/2012
  • Editeur : Finitude Editions
  • ISBN : 978-2-36339-002-8
  • EAN : 9782363390028
  • Format : Grand Format
  • Présentation : Broché
  • Nb. de pages : 304 pages
  • Poids : 0.448 Kg
  • Dimensions : 15,7 cm × 22,0 cm × 2,6 cm

Biographie de Julien Blanc

Julien Blanc est né à Paris en 1908, et les trois tomes de son récit Seule la vie... peuvent lui tenir lieu de biographie. Dans Confusion des peines, le premier volume, il raconte son enfance d'orphelin révolté, ballotté d'institutions en maisons de correction. Il grandit en apprenant l'injustice, la violence et le vol. Avec l'espoir d'enfin trouver un sens à sa vie, il s'engage dans l'armée. Mais son tempérament de réfractaire indiscipliné l'enverra bientôt en bataillon disciplinaire, en Afrique.
Cette vie misérable des bagnes militaires, il la raconte dans Joyeux, fais ton fourbi... Julien Blanc gardera de cette expérience une haine farouche pour toute forme d'autorité et une profonde pitié pour les petits, les malchanceux. Rendu à la vie civile, il tente désespérément d'oublier ces années terribles et n'a qu'une obsession : faire des études et se mettre à écrire. Mais la tranquillité n'est pas son fort.
Il est exilé en Espagne quand débute la Guerre civile. Il choisit alors de s'engager comme infirmier auprès des Républicains. C'est Le Temps des hommes, le troisième volume de sa trilogie. Sa femme, enceinte, mourra lors du siège de Madrid. Malgré cela, sa révolte et sa foi dans l'humanité n'ont pas faibli. Il quitte l'Espagne et rentre à Paris, repris par la volonté d'écrire et de partager ce qu'il a vécu.
Ses premiers romans (Toxique, L'Admission, Mort-né) paraissent dès 1939 sans être vraiment remarqués. Sur les conseils de Jean Paulhan ("vous avez tort de vous obstiner à écrire des oeuvres d'imagination. Crachez d'abord votre vie, vous reviendrez au roman plus tard."), il s'attelle à la rédaction de ses souvenirs, dont les trois volets formeront son oeuvre la plus importante. Commencent alors des années de travail acharné.
Cet autodidacte s'efforce d'être à la hauteur des exigences de Paulhan : il recommencera huit fois Confusion des peines qui paraît finalement en 1943. "Il écrit, dit Etiemble, avec une honnêteté qui s'exprime dans un style que la cruauté du détail n'entraîne jamais vers le pathos ou l 'enflure". Mais malgré un succès d'estime et le Prix Sainte-Beuve reçu en 1947 pour Joyeux, fais ton fourbi..., ce n'est pas la consécration que Julien Blanc espérait.
La reconnaissance, pas plus que l'argent, ne sont au rendez-vous. Il vit grâce à quelques travaux alimentaires - il fut nègre pour Léon-Paul Fargue, signa quelques traductions et piges dans la presse - et au soutien de ses amis. Malade, usé par une vie rude et misérable, il s'éteint en 1951, à l'âge de 43 ans.
Julien Blanc - Seule, la vie... Tome 2 : Joyeux, fais ton fourbi.
Seule, la vie... Tome 2 Joyeux, ...
24,00 €
Haut de page
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK