Pabert - Journal d’un officier-brasseur dans la France occupée de la Grande Guerre - Grand Format

Note moyenne 
Un siècle après l'invasion allemande de huit départements du nord et du village d'Etreux, un témoignage raconte jour après jour le huis-clos brutal... Lire la suite
22,00 € Neuf
Précommande en ligne
Livré chez vous à partir du 1 septembre
Précommande en librairie

Résumé

Un siècle après l'invasion allemande de huit départements du nord et du village d'Etreux, un témoignage raconte jour après jour le huis-clos brutal de l'occupation d'un village de l'Aisne durant la Grande Guerre. Albert Denisse, brasseur à Etreux et ancien officier, séparé de sa famille qui a fui, se souvient de la première invasion de 1870 et décrit sans concession sa Grande Guerre et les batailles quotidiennes que livre la population pour survivre.
Son témoignage n'épargne personne, pas même son auteur. Cette société, soumise à une épreuve inédite et longue, résiste, plie, s'accommode ou s'associe à l'occupant. Dénonciation, acte de défiance, espérance, arrestation, viol, bombardement, ressentiment, fraternité improbable, mort, déportation, prise d'otage, amour coupable, enfant maudit, peur, privation, condamnation à la prison, au fouet, à la famine ou la mort, bonheur inattendu, abatage du bétail, folie… Pabert est témoin et acteur de ce terrible huit-clos de l'Histoire.
Il livre un témoignage de première main sur la guerre fratricide que se livrent les brasseurs du Nord pour continuer à exercer leur activité sous l'occupation ou sur l'héroïsme des familles qui cachent des soldats et jette un éclairage cru sur les condamnés du Grand et Petit Verly, de Prisches, de Macquigny… ou des fusillés d'Iron… Lui-même otage, puis évacué, prend soin de noter certains faits dans un code sténographique qui laisse à penser à certains historiens que Pabert aurait pu être un espion au service de la France… Ce récit inédit et brut n'a jamais été retouché.
Il méconnaît la guerre des Poilus et reste éloigné du roman patriotique. Un père de famille pris dans la tourmente décrit le quotidien incertain de la Grande Guerre vécu par les civils et l'occupant. A Etreux, les hommes valides sont partis ou se cachent. C'est une société déconstruite tenue par les femmes dont la force et l'action marquent le récit. Les soldats allemands vivent avec la population, l'oppriment, la châtient, partagent ses souffrances et la protègent parfois.
C'est un autre regard sur 14-18. Albert Denisse a écrit au jour le jour, sans filtre ni effet de style, pour que ses enfants sachent ce que plus de deux millions d'Occupés ont vécu quatre années durant. Son témoignage unique se lit comme un roman.

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/09/2020
  • Editeur
  • ISBN
    979-10-699-5337-6
  • EAN
    9791069953376
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    380 pages
  • Poids
    0.5 Kg
  • Dimensions
    15,0 cm × 21,0 cm × 2,6 cm

Avis libraires et clients

L'éditeur en parle

Fils de Pierre François Denisse et de Marie Joseph Julie Adèle Cappe, Albert Denisse, dit Pabert, est né le 18 septembre 1868 au Cateau (département du Nord) où il passe son enfance. C'est le cadet d'une fratrie de huit enfants. Sa mère et une soeur décèdent des conséquences des privations de la guerre francoprussienne alors qu'il n'a que 6 ans. C'est sans doute cette tragédie qui poussera Pabert à exiler sa famille vers le sud en 1914.
Son père est négociant en textile et originaire du Cateau. Son fils Albert poursuit la tradition familiale et entre à l'Ecole de Commerce de Paris. En 1886, il quitte l'Ecole avec le 1er prix du Ministre du Commerce et devient employé d'un négoce de coton en gros. La même année, devançant le tirage au sort, il s'engage dans le 120° Régiment d'Infanterie. Nommé caporal en 1887, il entre dans la disponibilité de l'armée active, reste réserviste et est promu sous-lieutenant en 1891.
Résidant à Mexico, il ne peut se présenter aux périodes opérationnelles des réservistes et démissionnera en 1892. Entre-temps ses études et son service accomplis, son activité professionnelle lui permet d'effectuer de nombreux et longs voyages. Entre 1888 et 1898, il visite la Scandinavie et l'Amérique du Nord où il établit un commerce de vins et spiritueux et réalise de nombreux aller-retours avec l'Europe.
En 1891 il se fait photographier devant les chutes du Niagara, puis il séjourne au Mexique. Il est inscrit quatre fois dans les archives d'Ellis Island. Lors d'un voyage mouvementé en 1893, il est témoin et otage de la révolution haïtienne. Pendant sa formation et ses voyages, Pabert développe sa maîtrise de l'anglais, de l'espagnol et de l'allemand, ainsi que de la sténographie. Une sérieuse expérience acquise et un petit capital en poche, Pabert rentre définitivement en France et en 1899 il épouse Obéline Mahieux dite Manline ou Béla à Aisonville- Bernoville dans l'Aisne.
Née le 22 novembre 1874, elle est la fille d'un riche cultivateur. Sa mère, Maria, dite Mana, née Grain, est veuve et vit de ses fermages. Ils s'installent à Etreux et le 14 juin 1900, Obéline donne naissance à un fils, Pierre. En 1904 Pabert est élu conseiller municipal d'Etreux et devient vice-président de la Société de Solidarité de la commune. Cette même année il rachète et modernise la brasserie Monneuse-Palant située au bord du canal, en plein coeur du village.
Le 16 février 1905 naît un deuxième enfant, Thérèse. Agé de 46 ans en 1914, Pabert n'est pas mobilisé. Séparé de sa famille pendant quatre ans, il tient un journal quotidien de l'occupation du village d'Etreux par l'armée allemande. Après la Grande guerre Pabert poursuis son activité de brasseur et de négociant en grains et y associe son fils Pierre. La Brasserie Denisse est à nouveau démontée pendant la Seconde guerre mondiale.
Elle ne sera pas réinstallée. Pabert décède à Etreux le 6 juin 1946. Il aura connu les occupations des trois guerres franco-allemandes et leurs effets dramatiques sur la population. Conservés par sa fille Thérèse, les cahiers de Pabert resteront cachés après-guerre et oubliés dans sa malle de voyage pendant près d'un siècle.

À propos des auteurs

Franck Le Cars, arrière-arrière-petit-fils de Pabert, professeur d'histoire et ancien boursier de l'Historial de la Grande guerre de Péronne.

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
22,00 €