On ne badine pas avec l'amour - Poche

Note moyenne 
19 notes -  Donner le premier avis
On siffle sa première pièce ? Musset s'en moque, il publiera les autres pour son seul plaisir, selon ses caprices et sa fantaisie. Ce sera son «... Lire la suite
1,55 € Neuf
Exclusivité magasins

Résumé

On siffle sa première pièce ? Musset s'en moque, il publiera les autres pour son seul plaisir, selon ses caprices et sa fantaisie. Ce sera son « spectacle dans un fauteuil ». C'est pourquoi on ne cessera jamais de jouer ses comédies.  Le jeune seigneur Perdican devrait épouser sa cousine Camille, mais en un instant il décide d'aimer une jeune bergère. Soudain dédaignée, Camille, qui ne croyait pas à l'amour, connaît le dépit, la jalousie, l'égoïsme de la passion.
Dans ce théâtre féerique, on se croise, on se déchire, on s'ennuie, on croit que tout est vain, on triche, on se désire, on souffre jusqu'à en mourir. Comme dans la vie.

Caractéristiques

  • Date de parution
    23/06/2005
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-266-15223-8
  • EAN
    9782266152235
  • Format
    Poche
  • Nb. de pages
    96 pages
  • Poids
    0.06 Kg
  • Dimensions
    11,0 cm × 18,0 cm × 0,5 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Alfred de Musset

Biographie d'Alfred de Musset

Alfred de Musset est né à Paris en 1810 dans une famille aisée et cultivée. Après de brillantes études au Lycée Henri IV, il fréquente les poètes « nouveaux » qui admirent la virtuosité de ses Contes d'Espagne et d'Italie (1830). Enfant terrible du romantisme, menant une vie de dandy débauché, il s'oriente d'abord vers le théâtre (Les Caprices de Marianne, 1833). Sa liaison aussi passionnée que tourmentée avec George Sand (1833-1835) donne à son génie une forme de maturité douloureuse ; de l'épreuve de l'amour trahi naissent ses chefs-d'œuvre : le drame de Lorenzaccio (1834), le roman quasi autobiographique de La Confession d'un enfant du siècle (1836), les quatre poèmes des Nuits (1835-1837).
Il est élu à l'Académie Française en 1852, après quelques succès au théâre. Épuisé physiquement et moralement, il s'éteint à Paris en 1857.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK