La Vénus d'Ille et autres nouvelles fantastiques - Poche

Note moyenne 
Prosper Mérimée et Théophile Gautier - La Vénus d'Ille et autres nouvelles fantastiques.
Une statue antique aux pouvoirs maléfiques, une belle et mystérieuse jeune femme ressurgie des cendres de Pompéi, une sensuelle apparition fantomatique...... Lire la suite
3,40 € Neuf
En stock en ligne
Livré chez vous à partir du 18 septembre
En librairie

Résumé

Une statue antique aux pouvoirs maléfiques, une belle et mystérieuse jeune femme ressurgie des cendres de Pompéi, une sensuelle apparition fantomatique... Découvrez trois nouvelles écrites par des maîtres du fantastique, qui mettent en scène des créatures féminines aussi envoûtantes qu'inquiétantes et qui plongent le lecteur dans un univers étrange. Des questionnaires progressifs de compréhension et d'analyse du texte.
Des exercices de vocabulaire à partir de champs lexicaux. Des activités d'expression orale. Des travaux d'écriture. Des activités "Histoire des arts". Des activités numériques. Les grands thèmes de l'oeuvre : 1. L'irruption du surnaturel ; 2. Des femmes fatales. Deux groupements de textes : 1. Les créatures féminines dans les récits fantastiques ; 2. Quand les objets prennent vie... Recommandé pour le cycle 4 en 4e.

Caractéristiques

  • Date de parution
    08/08/2017
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-410-00375-8
  • EAN
    9782410003758
  • Format
    Poche
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    160 pages
  • Poids
    0.125 Kg
  • Dimensions
    12,5 cm × 17,8 cm × 0,8 cm

Avis libraires et clients

L'éditeur en parle

Notes, présentation et dossier par Catherine Sabineu

À propos des auteurs

Né en 1811 à Tarbes, Théophile Gautier est le plus sonore des défenseurs du romantisme lors de la première d'Hernani en 1830. Familier de Gérard de Nerval, critique d'art et journaliste (souvent par nécessité), il voyage tant en Europe qu'en Orient et en Russie. Baudelaire consacre sa célébrité en lui dédiant Les Fleurs du Mal en 1857. Il meurt à Neuilly-sur-Seine en 1872. ---- Guy de Maupassant est né en 1850 au château de Miromesnil en Normandie.
Ses parents se séparent alors qu'il est encore enfant. Confié à sa mère ainsi qu'à son jeune frère, il vit désormais à Etretat dans la propriété familiale. Ces années sont les plus heureuses de son existence. Sa mère veille elle-même sur l'instruction de son fils, s'efforçant de lui faire partager son amour des livres tout en le laissant s'ébattre librement dans les champs et les bois, au bord des falaises, et flâner sur les ports où des marins l'emmènent parfois en mer.
Elle se résigne enfin à l'inscrire au collège, mais l'enfant supporte mal l'enfermement, la grossièreté de ses camarades et la discipline, aussi s'isole-t-il pour écrire des vers. Certains raillent si ouvertement ses professeurs qu'il est renvoyé et doit poursuivre ses études au lycée de Rouen. L'invasion de la Normandie lui inspira une nouvelle : "Boule de Suif" . Un emploi lui est ensuite offert à Paris, au ministère de la Marine, puis au ministère de l'Instruction publique, occupations ingrates auxquelles les promenades en bateau qu'il fait chaque dimanche apportent quelque distraction.
Mais, surtout, sa mère l'a recommandé à Gustave Flaubert, dont elle a été l'amie d'enfance. L'écrivain lui ouvre les portes de son bureau, dirige ses lectures, le charge de recherches. Maupassant lui soumet bientôt ses premiers manuscrits. Flaubert l'introduit dans la société littéraire. Maupassant collabore alors à divers journaux. Il en dépeindra les salles de rédaction dans "Bel-Ami" . "Boule de suif" , publié en 1880, rencontre un tel succès qu'il abandonne ses projets de poèmes et de théâtre, pour se consacrer aux nouvelles et aux romans.
Dès lors, il ne cesse d'écrire. De 1880 à 1890, il publie six romans, dont "Une vie" , et seize recueils de nouvelles, dont "La Maison Tellier" , "Mademoiselle Fifi" . Son besoin de solitude est tel qu'il se fait construire une villa à Etretat, dans laquelle il se retire pour écrire. Vers 1885, Maupassant ressent les premiers symptômes de la maladie nerveuse qui l'emportera. Il sombre dans la tristesse, il se croit entouré d'êtres invisibles.
C'est à cette époque qu'il écrit "Le Horla" . On finira par l'interner dans une clinique où il mourra, dix-huit mois plus tard, le 6 juillet 1893.

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
3,40 €