LA TETE DE LENINE - Grand Format

Note moyenne 
Nicolas Bokov - .
Dans sa préface à La tête de Lénine, Alexandre Zinoviev écrit : " Ce petit livre est paru à Moscou en samizdat il y a quelques années et il a produit... Lire la suite
7,60 € Neuf
Actuellement indisponible

Résumé

Dans sa préface à La tête de Lénine, Alexandre Zinoviev écrit : " Ce petit livre est paru à Moscou en samizdat il y a quelques années et il a produit immédiatement une forte impression dans le milieu des lecteurs de la littérature proscrite. Je sais qu'il y circule toujours avec le même succès. Et cela ne m'étonne pas. Je suis en effet convaincu que tout propos sérieux et objectif sur la littérature russe des années soixante et soixante-dix, ne peut plus, désormais, ignorer La tête de Lénine. " Un si bref roman ne se résume pas : non parce qu'il est bref (en vérité d'une saisissante concision), mais parce qu'il est si riche de rebondissements et d'enseignements que, en quelques lignes, l'entreprise est vouée à l'échec. Qu'un jeune Pickpocket moscovite, las de dérober des portefeuilles, décide un jour de voler la tête de Lénine dans le mausolée de la place Rouge et y réussisse, voilà qui n'étonnera~ personne. Ce qui est étonnant et, si possible, plus subversif, c'est tout ce qui s'ensuit et qu'il reste au lecteur à découvrir. Rien de plus décapant qu'un tel ouvrage : les statues renversées, les masques des puissants arrachés, les institutions ébranlées, le peuple russe ressuscité... Regardez le petit sourire de Nicolas Bokov. Il dit tout.

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/04/1982
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-221-00927-4
  • EAN
    9782221009277
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    138 pages
  • Poids
    0.205 Kg
  • Dimensions
    13,5 cm × 21,6 cm × 1,3 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Nicolas Bokov

Né à Moscou en 1945, Nicolas Bokov entreprend des études de philosophie qu'il achèvera en 1969. D'U.R.S.S., il fait parvenir en Occident plusieurs récits anonymes ou signés de noms d'emprunt. L'un d'eux, Nikto, parait en français en 1973. Ses relations avec les autorités soviétiques se dégradant rapidement, il émigre à Paris en 1975, où il fonde la revue russe " Novtcheg " (l'Arche).

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK