Promenades dans le hall d'un cinéma - Le Palladium Avignon - Album

Note moyenne 
Dominique Blattlin - Promenades dans le hall d'un cinéma - Le Palladium Avignon.
Le Palladium d'Avignon fut inauguré le 1er septembre 1928 par Messieurs J Bègue et T Barbery. Deux directeurs pour une salle résolument moderne, érigée... Lire la suite
21,00 € Neuf
Actuellement indisponible

Résumé

Le Palladium d'Avignon fut inauguré le 1er septembre 1928 par Messieurs J Bègue et T Barbery. Deux directeurs pour une salle résolument moderne, érigée au 55 rue de la République, en centre-ville, à mi-chemin du Rhône, du Palais des Papes et de la gare. L'enjeu est de taille, Avignon étant largement déficitaire de lieux adaptés pour un divertissement issu des baraques foraines : le cinématographe.
Ces deux notables y croient, tout en sachant que financièrement l'époque est incertaine, mais les spectateurs potentiels avides de rêves et de sensations nouvelles. Bientôt les ombres de l'écran vont se mettre à parler et ignorer le pianiste et le commentateur pour ceux qui ne sont pas en mesure de lire les intertitres. Période charnière, hésitant encore entre music-hall et invention technique permettant une création "artistique", bizarrerie ondoyée depuis peu comme un art se séparant de ses cousins de chair : théâtre et mime.
Les Directeurs du Palladium proposent quotidiennement des attractions sur scène, des actualités et des films de première partie, puis le long-métrage d'abord muet et rapidement sonore et parlant. Le monde est en marche, Avignon n'a plus rien à envier aux grandes salles de Marseille ou de la Capitale. L'accueil, le bar et la salle feront oublier les improbables "tourneurs de manivelle" officiant dans des granges et des arrière-salles de café.
Les plus grandes vedettes du moment se partagent l'affiche, la projection de leurs péripéties, leur existence fictionnelle se déroule dans un environnement cosy, Art Déco, bourgeoisement provincial. Bientôt, un monde bascule avec la montée du nazisme et se délite puis renaît lors de la Libération de la France. Avec les années 50 et 60, les imitateurs, jongleurs, prestidigitateurs, acrobates et autres fantaisistes de l'entracte disparaîtront et retourneront aux cirques et aux cabarets et les actualités de première partie, obsolètes, remplacées par le journal télévisé de la RTF.
Puis les films de première partie seront, à leur tour, sacrifiés quand n'existera plus que la rentabilité et le profit. Les grandes salles, à l'aune des années 70, bientôt fragmentées en trois écrans et l'exclusivité immédiate sur tout l'hexagone. Subsistent alors uniquement films-annonce et publicité avant le grand film. Le temps est quantifié et le plus grand nombre de séances nécessaires pour vaincre la concurrence télévisuelle.
La magie, l'apparat, l'éclat particulier d'antan ont disparu, définitivement. Mais revenons début des années 30, en un flash-back nostalgique. Le hall du Palladium et ses artifices : présentoirs, affiches, aguiche le quidam curieux, promeneur impénitent en mal de distractions, le conviant à devenir spectateur de ses propres rêves et phantasmes. Grâce à cette invention du diable, donnant une immortalité gestuelle et éternelle au commun des mortels, le passant deviendra autre, lui aussi responsable et gardien d'une réalité hier diffuse, vouée à l'oubli, et désormais sauvegardée.
Merci Messieurs Bègue et Barbery d'avoir organisé ce sas entre la rue et salle, créant une magie de l'envie et de l'attente, merci d'avoir été les bateleurs involontaires d'une atmosphère, d'un désir.

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/09/2014
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-9550111-0-2
  • EAN
    9782955011102
  • Format
    Album
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    131 pages
  • Poids
    0.695 Kg
  • Dimensions
    25,0 cm × 19,0 cm × 1,8 cm

Avis libraires et clients

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK