Perte d'emploi, perte de soi

Note moyenne 
1993 : suppression de 1104 emplois sur les 2549 de l'usine Chausson de Creil 1994 : nouvelle suppression de 475 emplois 1996 : Fermeture de l'usine... Lire la suite
18,00 € Neuf
Définitivement indisponible
En librairie

Résumé

1993 : suppression de 1104 emplois sur les 2549 de l'usine Chausson de Creil 1994 : nouvelle suppression de 475 emplois 1996 : Fermeture de l'usine programmée dans le secret par la direction dès 1991 " Une fermeture ou des licenciements ne constituent pas seulement des faits quantifiables : nombre d'emplois perdus, nombre de personnes reclassées, mises en préretraite, indemnités financières, formations offertes, déménagements éventuels.
Ils représentent autant d'épreuves, de ruptures, de traumatismes, de pertes - de repères, d'identité - qui s'effacent derrière les impératifs économiques, financiers, les diktats de la modernisation, les nouvelles règles du jeu de la mondialisation. [...] Qui s'occupe vraiment de ce que les gens vivent, de la violence de la déchirure qu'ils subissent ? [...] Comment accepter l'idée que les gens ont à s'adapter aux règles du jeu économique quel qu'en soit le prix subjectif ? Que le vécu, les sentiments, au fond tout ce qui spécifie l'être humain, doivent s'effacer devant la logique économique et la forme qu'elle prend dans la modernisation ? Il faudra bien un jour que la société se reprenne et reconsidère sa hiérarchie des valeurs. Qu'elle accepte l'idée qu'avant l'économie et ses lois, il y a l'être social, comme elle est en train de découvrir peu à peu qu'il y a également les lois de la nature qui imposent des préoccupations écologiques, aussi restrictives soient-elles pour l'économie. " D. L. Ce document qui se lit comme un roman apporte des éléments concrets pour comprendre les transformations objectives et subjectives du monde du travail dominé aujourd'hui par les politiques managériales modernisatrices qui, si elles misent sur l'individualisation à outrance et la mobilisation de la subjectivité des salariés, privilégient les critères économiques et financiers en les déconnectant de leurs incidences humaines.

Sommaire

    • Une vie de travailleur
    • Le mensonge
    • La déchirure
    • Une usine qui ferme
    • Un monde à reconstruire
    • L'avenir prend du temps
    • L'impossible devenir

Caractéristiques

  • Date de parution
    09/10/2002
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-7492-0078-4
  • EAN
    9782749200781
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    190 pages
  • Poids
    0.26 Kg
  • Dimensions
    14,1 cm × 22,0 cm × 1,7 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Danièle Linhart

Danièle Linhart est directeur de recherche au CNRS ; elle dirige par ailleurs le laboratoire Travail et mobilités de l'université Paris X-Nanterre où elle enseigne également. Elle est l'auteur de nombreux ouvrages dont Le torticolis de l'autruche, L'éternelle modernisation des entreprises françaises (Seuil, 1991), La modernisation des entreprises (La découverte, 1994). Elle a codirigé Le travail en puces (PUF, 1991), Le monde du travail (La découverte, 1998). Barbara Rist est maire de conférences à l'université de Reims et chercheur au Laboratoire GRIOT du CNAM. Estelle Durand est doctorante à l'université Paris X-Nanterre Elles sont toutes les trois sociologues.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK