Paris et Ile-de-France - Mémoires Tome 67, La vie culturelle en Ile-de-France pendant la Grande Guerre - Grand Format

Note moyenne 
Parmi les multiples commémorations auxquelles a donné lieu le centenaire de la Grande Guerre, le thème de la vie culturelle n'a guère été étudié,... Lire la suite
30,00 € Neuf
Expédié sous 2 à 4 semaines
Livré chez vous entre le 5 octobre et le 19 octobre
En librairie

Résumé

Parmi les multiples commémorations auxquelles a donné lieu le centenaire de la Grande Guerre, le thème de la vie culturelle n'a guère été étudié, si l'on veut bien excepter un hors série de Télérama publié en janvier 2014 et, tout récemment, un ouvrage publié par Philippe Poirier aux Presses universitaires de Dijon, La Grande Guerre, une histoire culturelle. Le choix de ce thème s'est donc imposé à la Fédération dès 2014 pour son XIVe Colloque d'Histoire régionale, qui s'est tenu à Paris dans le Xe arrondissement en novembre 2015.
Les textes ici rassemblés aident à comprendre quelles conséquences a pu avoir la guerre sur la vie culturelle en Ile-de-France, dans quatre domaines particuliers. En littérature d'abord. On rappellera que dès 1913 se répandait avec Péguy une idéologie sacrificielle et que nombre d'écrivains, appelés sous les drapeaux, pouvaient témoigner des batailles et de la vie effroyable dans les tranchées. Si "la guerre est un creuset d'inspiration" (Annette Becker), elle engendre tout à la fois des témoignages poignants et des réactions pacifistes ou anti-militaristes, particulièrement chez les surréalistes, fossoyeurs de tous les codes et déconstructeurs du langage.
Dans le monde des spectacles, ensuite. La menace des combats a-t-elle conduit à fermer des salles ou à transformer les thèmes des pièces représentées ? Les programmes des théâtres ont-ils été infléchis, au point de faire naître de nouvelles formes.artistiques et de faire éclore de nouveaux talents ? Certains ont remarqué "le silence des peintres". En fait, peintres, illustrateurs et graveurs ont su réinventer la fraternité des armes et invalidé le conformisme des anciennes scènes de bataille.
L'art du camouflage a prospéré et les albums pour enfants (Bécassine, Les Pieds Nickelés) ont su mettre leur esprit farceur et inventif au service de la patrie. Si l'on a dit, trop vite, qu'"il n'y a pas de musique de guerre", l'ambivalence des chansons est notable : tantôt elles renforcent le moral des troupes, tantôt elles poussent les soldats à la révolte. Quant à la presse parisienne, elle connaît une grande diffusion pour galvaniser l'opinion et donner des nouvelles du front.
Dans tous ces domaines, les textes ici publiés apportent un éclairage neuf sur les transformations de la vie culturelle au cours des années 1914-1918.

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/09/2016
  • Editeur
  • ISBN
    555-2-00-063802-8
  • EAN
    5552000638028
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    312 pages
  • Poids
    0.625 Kg
  • Dimensions
    14,0 cm × 22,5 cm × 2,0 cm

Avis libraires et clients

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
30,00 €