Mixité et violence ordinaire au collège et au lycée

Note moyenne 
 Erès - Mixité et violence ordinaire au collège et au lycée.
Sur la base d'interviews et d'observation dans des collèges et lycées, cet ouvrage montre comment les violences entre élèves sont liées à des modèles... Lire la suite
23,00 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 30 octobre et le 31 octobre
En librairie

Résumé

Sur la base d'interviews et d'observation dans des collèges et lycées, cet ouvrage montre comment les violences entre élèves sont liées à des modèles de virilité et de refus du féminin, et comment les adultes, tout en luttant contre ces violences quand elles sont transgressives, ont tendance à soutenir le système hiérarchique qui les fonde, sans le savoir et en dépit de leurs intentions. Les violences genrées entre élèves fondent un fonctionnement hiérarchique à deux niveaux.
Entre garçons, et dans une moindre mesure entre filles, on observe une hiérarchie instable où le statut de chacun est mis à l'épreuve dans chaque interaction. Entre garçons et filles, il s'agit de l'emprise stable d'un groupe sur l'autre. Ce système se manifeste crûment en milieu populaire et sous une forme plus euphémisée dans un milieu social privilégié. L'observation des adultes met en évidence comment dans les interactions quotidiennes, ce fonctionnement hiérarchique entre élèves est plutôt soutenu que vraiment combattu par l'institution, malgré les intentions explicites et les efforts incontestables de tous et toutes, ou presque.

Caractéristiques

  • Date de parution
    20/10/2016
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-7492-5249-0
  • EAN
    9782749252490
  • Présentation
    Broché
  • Poids
    0.269 Kg
  • Dimensions
    1,3 cm × 2,1 cm × 0,1 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Erès

Patricia Mercader est professeure de psychologie sociale, université Lumière-Lyon 2, CRPPC, Centre de recherches en psychopathologie et psychologie clinique. Elle a notamment publié avec A. Houel, et H. Sobota, Psychosociologie du crime passionnel (PUF, 2008). Annie Léchenet est maître de conférences en philosophie (université Lyon 1). Ayant enseigné en lycée plusieurs années et consacré une partie importante de son activité à la question des violences conjugales avec la Fédération nationale solidarité femmes, elle s'est spécialisée en philosophie de l'éducation et travaille sur les problématiques liées au genre, notamment à l'école.
À paraître en 2016 : Léchenet, A., Baurens M., Collet, I. Former à l'égalité, défi pour une mixité véritable (L'Harmattan). Jean-Pierre Durif-Varembont est maître de conférences HDR en psychologie, université Lumière-Lyon 2, CRPPC, Centre de recherches en psychopathologie et psychologie clinique. Psychanalyste et pendant plus de vingt ans responsable des enseignements d'éthique transdisciplinaires à l'université Lyon 2, il s'est particulièrement intéressé à la clinique de la transmission et du lien social, au rapport à la Loi et aux lois, aux nouveaux modes d'expression psychopathologique, toujours dans une perspective articulant psychanalyse et sciences sociales.
Il a publié avec B. Gaillard, La médiation. Théorie et pratiques. (2007, L'Harmattan), avec J. et M.-P. Clerget, Vivre l'ennui, à l'école et ailleurs (Érès, 2005). Marie-Carmen Garcia est professeure de sociologie (université Toulouse 3). Elle s'intéresse aux modes de socialisations secondaires, à l'intérieur d'institutions publiques en articulant le genre et les corporéités. Une partie de ses travaux s'inscrit dans le champ de la sociologie de la sexualité et du couple.
Elle a publié notamment Artistes de cirque contemporain, (La Dispute, 2011), avec Sylvia Faure, Culture Hip Hop. Jeunes des cités et politiques publiques (La Dispute, 2005).

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
23,00 €