L'apprenti touriste - Grand Format

Note moyenne 
Mario de Andrade - L'apprenti touriste.
" J'aime tant rêvasser dans ma maison de Sao Paulo. Qu'est-ce qui m'a pris d'aller faire l'imbécile dans la jungle ? " Mario de Andrade n'est pas un... Lire la suite
23,00 € Neuf
Actuellement indisponible

Résumé

" J'aime tant rêvasser dans ma maison de Sao Paulo. Qu'est-ce qui m'a pris d'aller faire l'imbécile dans la jungle ? " Mario de Andrade n'est pas un fort voyageur. A la poésie de l'écriture s'ajoute la vérité des images : Mario de Andrade prend de nombreuses photos qui scandent ces deux voyages. Ces instantanés, qu'il organise et légende soigneusement sont reproduits au fil du texte comme une chronique parallèle.

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/12/1996
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-910491-05-6
  • EAN
    9782910491055
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    289 pages
  • Poids
    0.58 Kg
  • Dimensions
    14,9 cm × 21,5 cm × 2,0 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Mario de Andrade

Poète et écrivain, ethnologue et musicologue, cet intellectuel né à Sao Paulo en 1893 est dans les années vingt, la figure de proue du mouvement moderniste brésilien. Ce dernier apporte un sang nouveau à la littérature brésilienne et déclare la guerre à la domination culturelle occidentale et surtout française : " Nous sommes confrontés au problème actuel, national, moral, humain de brésilianiser le Brésil ", clame Mario de Andrade. Il faut se débarrasser de tout pittoresque et renouer avec " le génie tropical ", non comme divertissement exotique mais comme civilisation. Alors que ses pairs très cosmopolites se rendront dans les grandes capitales européennes à la mode, le poète n'aura fait hors du Brésil que deux sauts de puce, en Bolivie et au Pérou, et ce lors de son parcours amazonien. Mario de Andrade effectue deux voyages, l'un en 1927 en Amazonie, l'autre en 1928 dans le Nordeste, il en tirera L'Apprenti touriste où il ausculte ce Brésil délivré de son clinquant et de ses oripeaux citadins pour en débusquer la profondeur et déchiffrer ses silences. Lors du premier périple, Mario de Andrade va se noyer dans la réalité intime, indicible, viscérale du Brésil. Le récit est un savant mélange de notes sur ses rencontres parfois incertaines avec les indigènes croisés au fil de l'eau - il va jusqu'à inventer la très poétique tribu des Indiens Do-Mi-Sol - et de remarques piquantes et drolatiques sur la vie du navire qui remonte l'Amazone avec, à son bord, trois femmes très fantasques, très rigolotes et très chics. La chronique du deuxième voyage est bien différente. Ici, le poète se fait ethnologue : il recense le trésor des danses et des coutumes, note les musiques de cette terre laminée, ingrate et dure qui communique sa mélancolie à l'auteur : " J'ai fait et continuerai à faire de la littérature. Mais pas ici... Il vaut mieux m'arrêter. Mon cœur est trop lourd. "

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés