Souvenirs - 1859-1871 - E-book - PDF

Note moyenne 
A la fois petite-fille et belle-fille du célèbre chancelier ennemi juré de Napoléon, épouse de l'ambassadeur d'Autriche auprès de Napoléon III,... Lire la suite
9,99 € E-book - PDF
  • Ebook
  • Grand format
Vous pouvez lire cet ebook sur les supports de lecture suivants :
Téléchargement immédiat
Dès validation de votre commande
Offrir maintenant
Ou planifier dans votre panier

Résumé

A la fois petite-fille et belle-fille du célèbre chancelier ennemi juré de Napoléon, épouse de l'ambassadeur d'Autriche auprès de Napoléon III, Pauline de Metternich fut pendant dix ans la vedette et l'animatrice de la cour impériale. Cette jolie laide, qui était la première à se moquer de son physique ingrat, avait la langue bien pendue et la dent dure. Elle savait cependant éprouver de véritables affections et elle mit au service de l'empereur son sens inné des rapports humains.
Tout en organisant bals et réceptions où elle chantait et dansait avec talent, elle observait et jugeait ses contemporains en femme de tête. Elle avait beau dire qu'elle détestait la politique, elle en suivait attentivement le cours. On la voit regretter les erreurs de Napoléon III et déplorer comment un règne bienfaisant courait à sa perte.

Caractéristiques

  • Date de parution
    08/10/2014
  • Editeur
  • ISBN
    979-10-210-0827-4
  • EAN
    9791021008274
  • Format
    PDF
  • Nb. de pages
    239 pages
  • Caractéristiques du format PDF
    • Pages
      239
    • Taille
      1 628 Ko
    • Protection num.
      Digital Watermarking

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Pauline Metternich

A la fois petite-fille et belle-fille du célèbre chancelier ennemi juré de Napoléon, épouse de l'ambassadeur d'Autriche auprès de Napoléon III, Pauline de Metternich fut pendant dix ans la vedette et l'animatrice de la cour impériale. Cette joie laide, qui était la première à se moquer de son physique ingrat, avait la langue bien pendue et la dent dure. Elle savait cependant éprouver de véritables affections et elle mit au service de l'empereur son sens inné des rapports humains.
Tout en organisant bals et réceptions où elle chantait et dansait avec talent, elle observait et jugeait ses contemporains en femme de tête. Elle avait beau dire qu'elle détestait la politique, elle en suivait attentivement le cours. On la voit regretter les erreurs de Napoléon III et déplorer comment un règne bienfaisant courait à sa perte.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

9,99 €