Romarin pour le souvenir - E-book - ePub

Note moyenne 
Cette histoire bizarre, où l'on voit un dictateur condamner un homme à mener littéralement une vie de chien, c'est-à-dire à vivre dans une niche,... Lire la suite
5,99 € E-book - ePub
Vous pouvez lire cet ebook sur les supports de lecture suivants :
Téléchargement immédiat
Dès validation de votre commande
Offrir maintenant
Ou planifier dans votre panier

Résumé

Cette histoire bizarre, où l'on voit un dictateur condamner un homme à mener littéralement une vie de chien, c'est-à-dire à vivre dans une niche, nu, avec un collier au cou, en lapant sa nourriture, jusqu'à ce que cet homme, autrefois compositeur de musique, perde l'usage de la parole, puis celui de la pensée, est contée comme un fait divers. Le bouffon et l'horrible s'y côtoient, narration classique et monologue intérieur se succédant et s'interpénétrant avec autant de nonchalance que d'habilité jusqu'à la conclusion pleine de grandeur tragique.
On ne pourra l'oublier. Frédéric (Abel) O'Brady est né, en 1903, à Budapest. Il se fixe en France en 1932, joue au Théâtre des Ambassadeurs, à l'Atelier, à la radio. En 1939, il s'engage à la Légion étrangère. Il y reste un an : démobilisé, il fonde, à Marseille, un curieux théâtre de marionnettes. Mêlé à un groupe de parachutistes britanniques, agents secrets, en 1941, il est arrêté. Sorti de prison, un an plus tard, il se joint à des tournées dans la « zone sud », puis à la Libération, devient secrétaire de rédaction d'un journal illustré à Paris.
Pendant deux ans, O'Brady sera journaliste jusqu'au jour où Jean Mercure lui offre un rôle. Puis, Marcel Herrand l'engage aux Mathurins. Entre un film en Italie et une petite excursion en Afrique du Nord, O'Brady fait son petit tour de marionnettes dans les cabarets de la Rive Gauche et écrit son premier livre, « Extérieurs à Venise » que publie la N. R. F. en 1950, et Orson Welles avec qui il joue en anglais au Théâtre Édouard-VII à cette époque-là, se charge d'en écrire la préface.
Ce livre est une sorte de manifeste satirico-cruel contre le cinéma en général, et ce thème semble revenir dans « Le Ciel d'en face » (N. R. F., 1954). En 1949, dans la mise en scène de Roger Blin, il crée « La Sonate des Spectres » de Strindberg. Depuis 1951, il ajoute à toutes ses activités celle de compositeur de musique. La R. T. F. a présenté plusieurs ouvres de lui (opéra de chambre, concertino et même un oratorio).

Caractéristiques

  • Caractéristiques du format ePub
    • Pages
      196
    • Taille
      594 Ko
    • Protection num.
      Digital Watermarking

Avis libraires et clients

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Romarin pour le souvenir est également présent dans les rayons

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
5,99 €