Une odeur de plumes brûlées - Grand Format

Note moyenne 
Gerrit Kouwenar - .
Depuis Het blindst van de vlek (La tache la plus aveugle, 1982) les poèmes de Gerrit Kouwenaar se placent pour une bonne part dans le décor de la maison... Lire la suite
18,00 € Neuf
Actuellement indisponible

Résumé

Depuis Het blindst van de vlek (La tache la plus aveugle, 1982) les poèmes de Gerrit Kouwenaar se placent pour une bonne part dans le décor de la maison qu'il venait d'acquérir dans le Languedoc ces années-là et qu'il habite depuis, du printemps à l'automne. Si Kouwenaar situe encore, en 1978, l'espace de sa poésie dans " un jardin dans le rien ", à partir de 1982 cet espace coïncide avec les dimensions d'un jardin bien réel, qui lui inspire un dialogue continu avec les forces de la vie et de la mort, un thème qui s'est insinué de plus en plus dans ses poèmes au fur et à mesure que le temps le rapproche de sa propre mort. La manière dont le jardin lui fait cadeau de nouveaux symboles pour exprimer la lutte contre le temps est par exemple reconnaissable dans le destin d'un sureau. Dans le poème " une odeur de plumes brûlées ", le poète " plaint le sureau qui s'étiole " ; dans " une nuit d'hiver ", il est " longuement assis à regarder comment le tronc cancérisé/du vieux sureau brûlait ". Dans " un printemps ", un nouvel arbre semble fleurir du tronc de l'ancien sureau. Enfin le printemps, le sureau exultait dans la fleur de l'âge après que son ancêtre cancérisé avait été incinéré en silence ce soir d'hiver. Le secret de ce dernier pan de la poésie de Kouwenaar réside dans cette manière de partir de quelques observations simples et d'enrichir d'harmoniques le poème par la seule résonance des mots. En vue du présent recueil, les traducteurs ont eu le privilège de pouvoir reprendre avec l'auteur le détail de leurs traductions, et ils ont pu constater combien ces objets-mots, à quoi aspirent ses poèmes, sont ancrés dans une réalité bien personnelle. Mais après la énième anecdote, Gerrit Kouwenaar semble vouloir s'excuser en murmurant entre ses dents : " Au fond, un poème n â besoin d'aucune explication pour exister. "

Caractéristiques

  • Date de parution
    11/02/2003
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-87661-288-7
  • EAN
    9782876612884
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    77 pages
  • Poids
    0.115 Kg
  • Dimensions
    14,8 cm × 21,1 cm × 0,6 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Gerrit Kouwenar

Gerrit Kouwenaar, né en 1923 à Amsterdam, est l'un des tout premiers écrivains et poètes contemporains de langue néerlandaise, au point, d'ailleurs, qu'il est depuis plusieurs années le candidat officiel des Pays-Bas pour le prix Nobel de littérature. Bien qu'il ait écrit des romans et des nouvelles, et réalisé de nombreuses traductions en néerlandais (notamment de Brecht, Sartre, Dürrenmatt), Kouwenaar est avant tout un grand poète du XXe siècle. Il fut l'un des principaux animateurs du célèbre groupe COBRA, en Belgique et au Pays-Bas, avant de se consacrer essentiellement à son œuvre poétique, dont le présent recueil offre une belle image (c'est en fait le premier ouvrage de Kouwenaar traduit en France, alors que l'œuvre de ce poète est déjà connue dans de nombreux pays). A noter que Gerrit Kouwenaar, présent à Paris en mars, sera indiscutablement l'un des meilleurs représentants de la littérature néerlandaise, laquelle est, cette année, l'invitée d'honneur du Salon du Livre.

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Une odeur de plumes brûlées est également présent dans les rayons

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK