Sociologie des jeux, des sports et de l'éducation physique - L'apport des Classiques français (1890-1939)

Note moyenne 
Les sociologues classiques français n'ont jamais ignoré les questions relatives aux jeux, aux sports et à l'éducation physique. Au cours des années... Lire la suite
24,00 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 26 janvier et le 27 janvier
En librairie

Résumé

Les sociologues classiques français n'ont jamais ignoré les questions relatives aux jeux, aux sports et à l'éducation physique. Au cours des années 1890-1914, un clivage assez net se précise. Dans le prolongement des premières approches d'Alfred Espinas, des sociologues appartenant à l'Institut international de sociologie fondé par René Worms (en particulier Gaston Richard et Guillaume-L Duprat) proposent des analyses qui méritent l'attention. Les sociologues liés à Durkheim et à la publication de L'Année sociologique (Bouglé, Maître, Mauss, Henri Hubert, en particulier) examinent la place des jeux, de type rituel pour l'essentiel, et des techniques du corps telles qu'elles sont traitées par les anthropologues. Durkheim envisage surtout l'éducation physique, replacée au sein de l'éducation de l'enfant (un point souligné par Paul Fauconnet). D'autres auteurs encore (Charles Lalo, Jules Delvaille) présentent des éclairages intéressants, bien oubliés aujourd'hui. Pendant les années 1920-1930, l'enracinement de diverses approches dans une conception philosophique du " jeu ", visiblement inspirée par une lecture quelque peu réductrice du criticisme kantien, a pour effet de contraindre certaines approches alors que très tôt le " sociologue " Jean-Marie Guyau et un peu plus tard Charles Lalo avaient ébauché des méthodes pour étudier les jeux et les sports. Toutefois, des universitaires proposent une analyse des jeux récréatifs, des sports et des loisirs qui s'accorde mieux avec le changement culturel observable durant l'entre-deux-guerres. Tout en assumant l'héritage durkheimien, Maurice Halbwachs ouvre des perspectives novatrices. À la même époque, Richard, Duprat, mais aussi René Maunier, René Hubert et Henri Gouhier, voire Émile Lasbax ou Oscar Auriac abordent les pratiques physiques et sportives sous l'angle de la science sociale. Toutes ces publications méritaient d'être tirées de l'oubli.

Sommaire

  • TRAVAUX ET PUBLICATIONS DES ANNEES 1890 A LA VEILLE DE LA GRANDE GUERRE
    • Alfred Espinas, concepteur de la praxéologie et promoteur des Jeux scolaires
    • Emile Durkheim et les Durkheimiens, un intérêt plutôt limité pour les jeux et le sport
    • Quelques sociologues "bordelais"
  • TRAVAUX ET PUBLICATIONS DES ANNEES 1920 ET 1930
    • La sociologie durkheimienne sans Durkheim, la réalité négligeable du jeu
    • Le rayonnement posthume de la pensée sociologique de Durkheim : intérêt et limites
    • Le jeu, sources d'inspiration et esquisse d'un bilan d'ensemble

Caractéristiques

  • Date de parution
    25/02/2011
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-85892-399-1
  • EAN
    9782858923991
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    398 pages
  • Poids
    0.6 Kg
  • Dimensions
    16,0 cm × 24,0 cm × 2,0 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Jean-Paul Callède

Jean-Paul Callède appartient au CNRS et est membre du Groupe d'Etude des Méthodes de l'Analyse Sociologique de la Sorbonne (GEMASS, UMR 8598). Il est impliqué également dans le comité de pilotage du programme quadriennal de recherche Les Trajectoires de l'Innovation (MSHA).

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

24,00 €