Pourquoi désobéir en démocratie ?

Note moyenne 
Les raisons de se révolter ne manquent pas. Mais on ne se révolte pas n'importe comment : en démocratie, s'engager dans un combat contre l'injustice,... Lire la suite
20,00 € Neuf
Définitivement indisponible
En librairie

Résumé

Les raisons de se révolter ne manquent pas. Mais on ne se révolte pas n'importe comment : en démocratie, s'engager dans un combat contre l'injustice, l'inégalité ou la domination est un geste qui doit s'exprimer sous une forme d'action politique acceptable. Parmi ces formes se trouve la désobéissance civile qui consiste, pour le citoyen, à refuser. de façon non violente, collective et publique, de remplir une obligation légale ou réglementaire parce qu'il la juge indigne ou illégitime, et parce qu'il ne s'y reconnaît pas. Cette forme d'action est souvent considérée avec méfiance : pour certains, elle ne serait que la réaction sans lendemain d'une conscience froissée puisqu'elle n'est pas articulée à un projet de changement politique ; pour d'autres, à l'inverse, elle mettrait la démocratie en danger en rendant légitime un type d'action dont l'objet pourrait être d'en finir avec l'état de droit. Ce livre original, écrit par un sociologue et une philosophe, analyse le sens politique de la désobéissance, en l'articulant à un examen approfondi des actes de désobéissance civile qui prolifèrent dans la France d'aujourd'hui - à l'école, à l'hôpital, à l'université, dans des entreprises, etc. Il montre comment ces actes s'ancrent avant tout dans un refus de la logique du résultat et de la performance qui s'impose désormais comme un mode de gouvernement. A la dépossession qui le menace - dépossession de son métier, de sa langue, de sa voix -, le citoyen ne peut alors répondre que par la désobéissance, dont le sens politique doit être pensé.

Sommaire

  • CADRAGE
    • Désaccord, dissentiment, désobéissance, démocratie
    • Opposants, désobéisseurs et désobéissants ENQUETE
    • Gouverner au résultat
    • Expérience de la dépossession
  • POLITIQUE
    • Une conception ordinaire du politique
    • La démocratie radicale et l'individu.

Caractéristiques

  • Date de parution
    16/09/2010
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-7071-6540-4
  • EAN
    9782707165404
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    211 pages
  • Poids
    0.26 Kg
  • Dimensions
    13,7 cm × 22,1 cm × 1,8 cm

Avis libraires et clients

À propos des auteurs

Albert Ogrien est sociologue, directeur de recherches au CNRS et enseignant à l'EHESS. Il est notamment l'auteur de "L'Esprit gestionnaire" (EHESS, 1995), "Les Règles de la pratique sociologique" (PUF 2007) et "Les Formes sociales de la pensée" (Armand Colin, 2007). Sandra Larrgier est professeur de philosophie à l'université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne, membre du CURAPP. Elle est l'auteur de "Les Sens de l'usage" (Vrin, 2009). "Le Souci des autres" (avec P Paperman, EHESS, 2005), "Ethique, littérature, vie humaine" (PUF, 2006), "Une autre pensée politique américaine" (Michel Houdiard. 2004).

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK