Lois naturelles et lois culturelles - Chez Lev Vygotski, Vladimir Vernadski, Gustave Chpet, Alexandre Oparine

Note moyenne 
En Russie, dans les années 1920, des conditions de vie postrévolutionnaires suscitent une effervescence intellectuelle qui remet en question des considérations... Lire la suite
30,00 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 26 janvier et le 31 janvier
En librairie

Résumé

En Russie, dans les années 1920, des conditions de vie postrévolutionnaires suscitent une effervescence intellectuelle qui remet en question des considérations idéologiques, parmi lesquelles figurent les notions de lois naturelles et de lois culturelles. Les lois naturelles, dans le monde du vivant, sont les processus biologiques (tributaires de la matière inerte) qui déterminent l'évolution de la vie ; les lois culturelles sont les processus qui fondent le développement des sociétés.
Du degré de perception de leur interdépendance résultent les stratégies de vie et de survie de ces sociétés, des individus qui peuplent la terre ; il en découle également des réflexions sur la nature de l'esprit et de la matière, de la séparation du corps et de l'esprit ou de leur unité : celle-ci peut s'entendre en termes de prééminence, et celle du corps présuppose une matérialité du langage, de la pensée, de l'esprit, dès lors qu'il peut leur être refusé tout caractère abstrait.
Dans cet ouvrage, on s'interroge sur la façon d'établir précisément cette interdépendance, ce faisant en se référant avant tout aux réflexions d'un philosophe russe, Gustave G. Chpet, personnalité intellectuelle de premier plan, exilé en Sibérie, puis fusillé en 1937, mais également particulièrement aux travaux de trois scientifiques russes, Lev S. Vygotski, Vladimir I. Vernadski et Alexandre I.Oparine, qui, en se situant par rapport au matérialisme historique imposé, ont abordé la question de l'évolution, du hasard et de la sélection naturelle.
Dans son approche des phénomènes culturels comme réalité matérielle "détachée", Chpet privilégie l'étude du langage verbal, entendue comme système de signes constituant l'espace et le temps historiques - champ de reconnaissance et de survivance. En approfondissant l'étude de la notion de forme interne du mot, on y révèle des processus cognitifs qui, présentés comme des lois à signifiance sociale, peuvent, selon nous et à rebours de l'idéalisme, du matérialisme historique et du structuralisme confondus, être apparentés aux lois à signifiance biologique dont parle Darwin : le propos de cet ouvrage, faisant référence aux apports actuels de la paléoanthropologie, de l'éthologie animale, de la génétique et de la neurobiologie, est d'affirmer que l'esprit n'est ni incorporel ni immatériel, dès lors que cette qualification s'applique au langage verbal.

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/09/2015
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-85892-444-8
  • EAN
    9782858924448
  • Présentation
    Relié
  • Nb. de pages
    414 pages
  • Poids
    1.11 Kg
  • Dimensions
    16,5 cm × 24,5 cm × 3,8 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Nicolas Zavialoff

Nicolas Zavialoff est Professeur à l'Université Bordeaux Montaigne et membre fondateur de l'Institut Régional Aquitain des Sciences Cognitives Appliquées.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

30,00 €