La mort lente des disparus au Chili sous la négociation civils-militaires (1973-2002) - Poche

Note moyenne 
Antonia Garcia Castro - La mort lente des disparus au Chili sous la négociation civils-militaires (1973-2002).
Le 11 septembre 1973, ils avaient des noms. Ils s'appelaient Anselmo Radrigan, Vicente Garcia, Juan Aguirre, Alicia Herrera... La liste comporte au total... Lire la suite
20,00 € Neuf
Actuellement indisponible

Résumé

Le 11 septembre 1973, ils avaient des noms. Ils s'appelaient Anselmo Radrigan, Vicente Garcia, Juan Aguirre, Alicia Herrera... La liste comporte au total 1198 noms. Beaucoup d'entre eux étaient des militants de la gauche chilienne. Arrêtés après le coup d'État, on ne les a plus revus. On suppose qu'ils ont été tués. On le suppose, on ne le sait pas avec certitude. Dans leurs foyers, le souvenir s'installe. Dans leurs foyers, père et mère, sœurs et frères peuvent préserver l'illusion que leurs êtres chers ne sont qu'absents. La mort menace, cogne aux fenêtres, mais n'entre pas. Puisqu'on n'a pas vu. Puisqu'on ne peut constater qu'ils sont morts. Puisqu'on ne sait pas où ils sont. Sur la liste des 1198 noms figure un entête. Il y est écrit Disparus. Cet ouvrage porte son attention sur une modalité de l'assassinat politique où la mort brutale devient, paradoxalement, mort lente. Entre 1973 et 1989, les services de renseignements de la Junte Militaire chilienne ont fait disparaître 1198 prisonniers. Depuis, le débat politique admet une question récurrente : "que faire des disparus ?" et une réponse implicite : "il faut les retrouver". Deux questions sont privilégiées dans le présent ouvrage Comment passe-t-on d'une politique du "faire disparaître" à une politique du "faire apparaître" ? Que veut dire "retrouver les disparus" ?

Sommaire

    • FAIRE DISPARAÎTRE, De l'émergence de trois revendications politiques : vérité, justice, mémoire
    • Qu'est-ce que faire disparaître ?
    • De l'intervention du pouvoir dans les foyers
    • De l'irruption des familles dans l'espace politiques
    • Où le crime engendre une nouvelle opposition et d'autres rapprochements
    • FAIRE APPARAÎTRE, Du traitement politique de trois revendications : vérité, justice, mémoire
    • Au sujet du retour politique des civils
    • L'énoncé du possible : une vérité pour la réconciliation
    • Quand ordre est donné de chercher les disparus
    • Quand la réparation ne permet pas de rendre justice
    • PROCLAMER LA MORT DES DISPARUS, Opportunités politiques, tensions mémorielles, chagrins privés
    • Non-dits : négocier par disparus interposés
    • En deçà de la négociation : filiations et re-présentations
    • Au-delà de la négociation : ce qui reste en suspens

Caractéristiques

  • Date de parution
    29/10/2002
  • Editeur
  • ISBN
    2-7068-1640-6
  • EAN
    9782706816406
  • Format
    Poche
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    280 pages
  • Poids
    0.455 Kg
  • Dimensions
    16,0 cm × 24,0 cm × 2,0 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie d'Antonia Garcia Castro

Antonia Garcia Castro est née à Santiago. Elle est docteur en sociologie, chargée de recherches au Centre d'Études sur les Conflits.

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK