Je suis né homme-putain

Jean-Luc Mercié

(Rédacteur (rédigé par))

Note moyenne 
Pierre Molinier - Je suis né homme-putain.
De Pierre Molinier, on ne connaissait que le discours officiel, celui qu'il tenait à ses proches dans le dessein de fonder sa légende sulfureuse. Ici,... Lire la suite
38,00 € Neuf
Actuellement indisponible

Résumé

De Pierre Molinier, on ne connaissait que le discours officiel, celui qu'il tenait à ses proches dans le dessein de fonder sa légende sulfureuse. Ici, dans le secret de ses carnets intimes, il parle pour lui seul et se livre sans fard, sans masque, sans travestissement. Notations sur son art, réflexions sur la censure, rêves de société secrète érotique, projets de tableaux, brouillons de lettres -à Malraux, à Breton -, croquis et dessins jamais vus à ce jour : c'est un Molinier encore inconnu qui se révèle, artiste tragique, individualiste éperdu, trompe-la-mort grinçant et drôle. Propos emblématiques du peintre maudit, du réprouvé : Je chante dans ma peinture ce que la société imbécile appelle mes vices et comprends moi-même comme mes passions. Je suis atteint d'une maladie très grave à laquelle on a donné le nom d'érotisme. Etant hors de lieux communs, je suis le monstre. J'aime ce qui est beau dans l'âme de l'individu. La bassesse me dégoûte. Je voudrais que mon tableau ressemble à un être humain avec tout ce qu'il comporte de mystère. Les yeux sont le poignard d'acier qui tranche mon sexe et la douceur bleue qui écrase mon cœur amoureux.

Caractéristiques

  • Date de parution
    05/09/2005
  • Editeur
  • ISBN
    2-35119-003-3
  • EAN
    9782351190036
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    167 pages
  • Poids
    0.62 Kg
  • Dimensions
    17,5 cm × 25,0 cm × 1,8 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Pierre Molinier

Né à Agen en 1900, Pierre Molinier s'installe à Bordeaux en 1922. Il y exerce le métier de peintre en bâtiment et pratique le dimanche la vraie peinture. C'est sur le tard, à soixante ans, qu'il se consacre entièrement à son œuvre, plastique et photographique. André Breton salue en lui " le maître du vertige " et l'expose à Paris. Ses tableaux et photomontages érotiques se trouvent aujourd'hui dans les plus grands musées. Pierre Molinier s'est suicidé en 1976.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK