Dans la main de personne. Essai sur Paul Celan et autres essais, nouvelle édition augmentée (Broché)

  • Cerf

  • Paru le : 24/09/2002
Note moyenne : |
Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier !
Donnez votre avis !
" Je gagnai, je perdis (...) je jetai / tout dans la main de personne ", dit un poème de Sprachgitter. C'est peut-être le geste fondamental de la poésie... > Lire la suite
23,00 €
Neuf - Actuellement indisponible
  • ou
Votre note
" Je gagnai, je perdis (...) je jetai / tout dans la main de personne ", dit un poème de Sprachgitter. C'est peut-être le geste fondamental de la poésie de Celan. " Personne " est l'Interlocuteur, le destinataire. C'est un écrit d'Ossip Mandelstam, De l'Interlocuteur, qui inspire à Celan l'essentiel de sa réflexion poétologique. Ce texte fait la théorie de la relation dialogique, celle du poète avec son lecteur à venir, qui peut être aussi un poète à venir. À partir du motif de l'adresse du poème à " personne ", Celan durcit les positions de Mandelstam. L'acte de confier une bouteille à la mer, don passant d'une main d'homme à l'autre, comme un mot de passe, un schibboleth, n'est pas un échange de contenus, mais un Geschick : envoi de destin. Aussi la métaphore " du serrement de mains " vient-elle remplacer celle du " dialogue ". Pour Celan, sa relation à Mandelstam est l'exemplum de la relation dialogique. Il s'identifie au poète russe, représentant de la génération des " poètes gaspillés ". Mandelstam lui enseigne le sens tragique de l'histoire, et aussi le primat de la dimension existentielle et éthique de l'écriture, au-delà de tout formalisme. Dans cette relation, le " destin " intervient en trois temps, ou à trois niveaux distincts. À partir de la " direction ", Celan-l'Interlocuteur déchiffre le vivre-écrire de Mandelstam comme un destin. Puis il tire la leçon : Mandelstam lui enseigne ce qu'est écrire, quand l'écriture doit produire son propre destin. Enfin, dans certains poèmes de La Rose de personne, l'identification à Mandelstam induit les plus curieux effets autoprophétiques. Le présent commentaire met en relation les poèmes du livre dédié à Mandelstam avec les proses théoriques de Celan, dont certaines, jusque-là inédites en français, sont données à lire.
  • Date de parution : 24/09/2002
  • Editeur : Cerf
  • Collection : La nuit surveillée
  • ISBN : 2-204-07072-6
  • EAN : 9782204070720
  • Présentation : Broché
  • Nb. de pages : 160 pages
  • Poids : 0.205 Kg
  • Dimensions : 13,5 cm × 21,5 cm × 1,2 cm

Nos avis clients sur decitre.fr


Avis Trustpilot
Martine Broda - .
Dans la main de personne. Essai sur Paul...
23,00 €
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK