Crises politiques et démocratie en Belgique

Nathalie Schiffino

Xavier Mabille

(Préfacier)

Note moyenne : | 0 avis
Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier !
  • L'Harmattan

  • Paru le : 01/07/2003
  • Tous vos e-books sur notre application de lecture
  • Téléchargement immédiat
  • Aide au choix numérique
19,50 €
E-book - PDF
Vérifier la compatibilité avec vos supports

Decitre eBooks

Découvrez vos e-books avec notre application de lecture !

Votre note
Les crises sont inhérentes au développement historique de la Belgique sans toutefois compromettre l'approfondissement de la représentation et de la démocratie. Cette logique paradoxale montre que la crise est un révélateur de la solidité du régime démocratique : elle peut le conforter en extériorisant ses tensions et en dénonçant ses dysfonctionnements pour autant que ces derniers trouvent une réponse.
C'est pourquoi la crise est ambivalente : si elle comporte des menaces et des coûts, elle possède également un caractère positif voire créatif. A partir d'une conceptualisation de la crise et de la démocratie, mais aussi de trois études de cas : la première guerre scolaire de 1874 à 1884, la question royale de 1940 à 1951 et la deuxième guerre scolaire de 1952 à 1958, se dégage une constante dans l'évolution des crises, formalisée par la construction d'échelles de mesure et de graphiques.
Toute crise possède une phase de croissance au cours de laquelle se produit une escalade à la fois de la mobilisation de l'opinion publique et des tactiques des acteurs politiques et des groupes de pression en vue d'intensifier la crise, suivie d'une phase de décroissance de la crise au cours de laquelle les acteurs politiques tentent de calmer le jeu en prenant en main le traitement de la crise, le rôle de l'opinion publique se limitant à une suspension et/ou à un arrêt de la mobilisation Au cours de cette évolution, la crise apparaît tantôt comme un phénomène incertain qui dépasse la capacité des acteurs, tantôt comme un moment propice aux décisions et aux changements.
La crise fait office de soupape de sûreté permettant aux acteurs d'évacuer les tensions dues à l'hétérogénéité et à la complexité sociale de la Belgique, et permettant au système politique de ne pas imploser sous la pression conjointe de tensions et de dysfonctionnements que les crises dénoncent. La crise contribue à dénoncer des problèmes relevant des intérêts considérés comme vitaux par les citoyens et, dans la mesure où ces problèmes reçoivent des solutions, elle contribue à consolider le régime démocratique.
Si les acteurs politiques combinent efficacité et légitimité dans le traitement de la crise, les menaces et coûts qui lui sont inhérents se combinent à un apport innovateur.
    • Construction de l'objet d'étude : vers une définition de la crise et de la démocratie
    • Méthode d'analyse des crises politiques
    • Vade-mecum sur le contexte politique belge
    • La première guerre scolaire de 1879 à 1884
    • La question royale de 1940 à 1951
    • La deuxième guerre scolaire de 1952 à 1958
    • Comparaison des études de cas belges
    • Le traitement des crises politiques en Belgique et plus largement en démocratie
    • La crise politique : pathologie ou création ?
  • Caractéristiques du format PDF
    • Pages : 300
    • Protection num. : Digital Watermarking
    • Imprimable : Autorisé
    • Copier coller : Autorisé

Biographie de Nathalie Schiffino

Nathalie Schiffino est chargée de recherches au sein de l 'Unité de science politique et relations internationales de l'Université catholique de Louvain. Ses thèmes prioritaires de recherche portent sur la crise et la démocratie mais également sur la régulation publique des biotechnologies.
Nathalie Schiffino - Crises politiques et démocratie en Belgique.
Crises politiques et démocratie en Belgique
19,50 €
Haut de page
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK

Ne partez pas tout de suite...

Inscription newsletter