La révolution perdue - Mémoires (3e partie)

Ernesto Cardenal

Bernard Desfretières

(Traducteur)

Note moyenne : | 0 avis
Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier !
  • L'Harmattan

  • Paru le : 01/07/2008
  • Tous vos e-books sur notre application de lecture
  • Téléchargement immédiat
  • Aide au choix numérique
31,50 €
E-book - PDF
Vérifier la compatibilité avec vos supports

Decitre eBooks

Découvrez vos e-books avec notre application de lecture !

Votre note
Les guerres, on les gagne ou on les perd. Et les révolutions ? Ernesto Cardenal nous raconte comment les Nicaraguayens ont gagné la révolution contre la dictature Somoza en 1979, puis comment ils l'ont perdue aux élections de 1990. L'enthousiasme de la victoire, la volonté de changer le monde et les conditions de vie des pauvres et des illettrés n'ont pu empêcher quelques erreurs mais ont surtout pesé bien peu face à la volonté hégémonique des Etats-Unis de mettre fin par tous les moyens à cette expérience originale d'union entre marxistes et chrétiens.
La guerre menée par la Contra - financée et dirigée en sous-main par la CIA - a freiné les réformes et entraîné beaucoup de sacrifices et de pertes en vies humaines. Mais la vraie victoire des Etats-Unis a été de placer, en 1990, les électeurs nicaraguayens face à une alternative : sauver la révolution, donc continuer la guerre, ou bien revenir dans le giron du tout-puissant voisin du nord. La révolution était perdue.
Ernesto Cardenal, mystique et révolutionnaire, prêtre et ancien ministre du gouvernement sandiniste du Nicaragua, est un des grands poètes de notre époque, à l'origine du mouvement " extérioriste " en Amérique latine. Parallèlement à son œuvre poétique, il a entrepris, à 73 ans, d'écrire ses Mémoires. Si le premier tome, Vie Perdue, est le récit de sa conversion religieuse, le deuxième, Les Iles Etranges est celui de sa conversion politique.
On y assiste à sa lente évolution, en osmose avec les jeunes de Solentiname et avec les paysans de ces îles du Lac Nicaragua : Solentiname, c'est la naissance d'un esprit révolutionnaire qui plonge ses racines dans les commentaires de l'Evangile, faits en commun à la messe du dimanche, indissociables de l'expérience quotidienne de chacun des participants. Dans ce troisième tome, toujours en s'adressant directement à son lecteur, Ernesto Cardenal décrit les soulèvements populaires et la victoire contre la dictature, les bouleversements sociaux et culturels réalisés par le peuple lui-même, puis les jours sombres de la guerre menée par les contre-révolutionnaires.
Ce représentant de la Théologie de la Libération, publiquement morigéné par Jean-Paul II en 1983, puise sa force et sa foi dans la lecture d'un Évangile qui, s'il libère l'homme, peut le conduire au sacrifice ultime. Cet hétérodoxe, fasciné par le martyre des jeunes révolutionnaires, se passe de l'autorisation du Vatican pour faire d'eux et de Mgr. Romero, l'évêque salvadorien qui a donné sa vie pour la défense des pauvres, des saints qui font avancer le Royaume de Dieu sur terre.
    • La révolte d'avril
    • La bataille de Solentiname
    • Quand les champs ont commencé à s'embraser
    • À l'assaut du ciel
    • " Les sandinistes sont déjà là, ce sont nos enfants et les autres jeunes du quartier "
    • Vers une nouvelle insurrection
    • Interlude de la révolution iranienne
    • L'offensive finale
    • Le triomphe
    • Les jours difficiles et heureux qui ne reviendront pas
    • Des ténèbres à la lumière
    • " Grâce à Dieu et à la révolution "
    • Dans la maison de Somoza
    • Quand le Nicaragua s'est trouvé lui-même
    • Nous sommes libres, et alors ?
    • " Le Yankee, ennemi de l'humanité "
    • L'éveil de la défaite
  • Date de parution : 01/07/2008
  • Editeur : L'Harmattan
  • ISBN : 978-2-296-19934-7
  • EAN : 9782296199347
  • Format : PDF
  • Nb. de pages : 482 pages
  • Caractéristiques du format PDF
    • Pages : 482
    • Protection num. : Digital Watermarking
    • Imprimable : Autorisé
    • Copier coller : Autorisé

Biographie d'Ernesto Cardenal

Né à Granada (Nicaragua) en 1925, Ernesto Cardenal a fait des études de lettres à Mexico et à l'Université de Columbia (New York). Entré en 1957 au monastère trappiste de Gethsémani (Kentucky - U.S.A.), il a eu comme Maître des Novices le poète et mystique Thomas Merton. Après un séjour au monastère bénédictin de Cuernavaca (Mexique), des études religieuses dans un séminaire de Colombie, il a été ordonné prêtre à Managua (1965), a fondé une communauté dans l'archipel de Solentiname (Lac Nicaragua), a œuvré pour le Front Sandiniste de Libération Nationale et a été Ministre de la Culture du gouvernement sandiniste de 1979 à 1990.

Nos avis clients sur decitre.fr


Avis Trustpilot
Ernesto Cardenal - La révolution perdue - Mémoires (3e partie).
La révolution perdue. Mémoires (3e partie)
31,50 €
Haut de page
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK

Ne partez pas tout de suite...

Inscription newsletter