La notion de continuité, des faits au droit

Geneviève Koubi, Guillaume Le Floch, Gilles-J Guglielmi

Note moyenne : | 0 avis
Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier !
  • L'Harmattan

  • Paru le : 01/04/2011
  • Tous vos e-books sur notre application de lecture
  • Téléchargement immédiat
  • Aide au choix numérique
23,25 €
E-book - PDF
Vérifier la compatibilité avec vos supports

Decitre eBooks

Découvrez vos e-books avec notre application de lecture !

Votre note
La notion de continuité contrarie le discours de la "rupture". Elle lui oppose les fonctions de la transition, des passages et des traversées, lesquelles sont aussi les marques de la discontinuité. La continuité est un construit, fait de passerelles entre les espaces de temps et de liaisons entre les discours et les textes. Elle est une mise en relation entre les objets ou entre les périodes. Elle s'avère rénovatrice d'une stabilité à chaque fois calculée, jonglant avec l'imprévu et la durée, spéculant sur l'instant et la périodicité.
Elle devient régénératrice des modèles sociaux et politiques en imposant le provisoire et en gérant le transitoire. La notion de continuité invite à l'étude des mutations qui convertissent les valeurs et les idéologies dominantes. Elle soutient un ordre des faits et des institutions débarrassé de sa complexité intrinsèque. Elle aménage les temps politiques en coordonnant les actions sociales et les activités juridiques.
Elle n'implique ni l'immobilisation de l'histoire sur la connaissance de certains faits, ni l'invariabilité des mesures comme des espaces géographiques, ni la fixation catégorique des systèmes sociaux, ni l'intangibilité des règles, des organes ou des procédures. Bien au contraire, elle en retrace les évolutions au gré des événements et des réformes. Elle confirme ainsi la dynamique d'un discours du droit qui a pour but d'assurer aux institutions politiques et sociales une relative stabilité.
Cette notion de continuité, entre faits et droit, s'inscrit alors au coeur du vocabulaire de la rupture que présupposent les mots de "révision" ou de "relance". Elle prend dès lors "sens" lorsque surviennent des changements de temps et d'espaces. Toujours estimée, évaluée et analysée a posteriori, elle est le point d'ancrage de tout système politique, juridique et social.
  • LE BESOIN DE CONTINUITE
  • LA CONTINUITE : REALITE D'UNE COHERENCE ISSUE DE L'UNITE ENTRE DYNAMISME ET STABILITE
  • "REFONDATION" OU CREATION DISCONTINUE
  • LE DROIT DU TRAVAIL ENTRE CONTINUITE ET DISCONTINUITE
  • ANTHROPOLOGIE ET DISCONTINUITE
  • LA CONTINUITE DU TRAITEMENT DES SITUATIONS JURIDIQUES INTERNATIONALES : VERS UNE RUPTURE METHODOLOGIQUE ?
  • LE PRINCIPE D'IMPRESCRIPTIBILITE DU DOMAINE PUBLIC
  • UNE CONTINUITE DANS L'EXPOSITION AUX RISQUES NATURELS MAJEURS DANS LE BASSIN CARAIBE
  • QUELQUES REMARQUES TERMINOLOGIQUES SUR LA NOTION DE CONTINUITE TERRITORIALE
  • LA DECENTRALISATION, VRAIE RUPTURE OU CONTINUITE DE LA CENTRALISATION ?
  • Caractéristiques du format PDF
    • Pages : 333
    • Protection num. : Digital Watermarking
    • Imprimable : Autorisé
    • Copier coller : Autorisé

Nos avis clients sur decitre.fr


Avis Trustpilot
Geneviève Koubi et Guillaume Le Floch - La notion de continuité, des faits au droit.
La notion de continuité, des faits au...
23,25 €
Haut de page
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK

Ne partez pas tout de suite...

Inscription newsletter