De la séduction littéraire

Florence Balique

Note moyenne : | 0 avis
Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier !
  • Presses Universitaires de France

  • Paru le : 01/01/2015
  • Tous vos e-books sur notre application de lecture
  • Téléchargement immédiat
  • Aide au choix numérique
22,99 €
E-book - Multi-format
Vérifier la compatibilité avec vos supports

Decitre eBooks

Découvrez vos e-books avec notre application de lecture !

Votre note
« Les romans devraient être interdits par l'État » selon le professeur Kien, savant solitaire dans Auto-da-fé d'Elias Canetti. En quoi la littérature est-elle dangereuse ? Elle ne connaît de vérité que de passage. Elle se plaît à décliner les formes changeantes que l'imagination fait percevoir ou disparaître. Le charme qu'elle exerce menace ainsi l'identité. S'il est une séduction littéraire, elle réside dans l'invention d'une subjectivité impersonnelle : on ne parle pas de soi en littérature.
Écrire procède d'un effort exceptionnel pour sortir du carcan de la personne, briser le miroir, s'évader de la psyché en faisant résonner, dans et par le style, une parole défigurée. L'autofiction se situe aux antipodes de l'enjeu littéraire majeur, lorsqu'elle prend la forme d'un déballage des émois dérisoires qui composent une vie. Dès lors, notre réflexion relève d'un double défi : extraire la littérature de la gangue du savoir critique qui risque de l'asphyxier sans que le refus de l'objectivité ne coïncide avec un retour au mirage de l'expression de soi.
Cette défense et illustration du pouvoir des fables implique un regard déniaisé sur le plaisir de l'imagination. La fiction ne demande pas un « oui » servile, adhésion à un monde cohérent qui comblerait les fissures de la réalité ; elle fait éprouver jusqu'au vertige de l'idée inattendue, dans l'exploration de mondes logiquement autonomes. Déployant une pensée déconcertante, la fiction met la raison à la question, égarée au-delà des terres familières de l'argumentation.
Détournons la voix du poète : « Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance » ; la littérature est enfer pour l'esprit de sérieux qui s'y effraie, s'accrochant à son identité, faute de tenter la quête de soi. La passion littéraire commence par l'abandon de réponses dépassées en vue d'une imagination en liberté, déculpabilisée. À l'heure où tout le monde prétend raconter sa vie et la publier, comptons que ce livre, réveillant le questionnement, servira la force littéraire, invitation à lire et écrire des livres dignes d'être brûlés.
  • Date de parution : 01/01/2015
  • Editeur : Presses Universitaires de France
  • ISBN : 978-2-13-073853-4
  • EAN : 9782130738534
  • Format : E-Book multi-format
  • Nb. de pages : 288 pages
  • Caractéristiques du format Multi-format
    • Pages : 288
  • Caractéristiques du format Mobipocket
    • Protection num. : pas de protection
  • Caractéristiques du format ePub
    • Protection num. : pas de protection
  • Caractéristiques du format Streaming
    • Protection num. : pas de protection

Biographie de Florence Balique

« Les romans devraient être interdits par l'État » selon le professeur Kien, savant solitaire dans Auto-da-fé d'Elias Canetti. En quoi la littérature est-elle dangereuse ? Elle ne connaît de vérité que de passage. Elle se plaît à décliner les formes changeantes que l'imagination fait percevoir ou disparaître. Le charme qu'elle exerce menace ainsi l'identité. S'il est une séduction littéraire, elle réside dans l'invention d'une subjectivité impersonnelle : on ne parle pas de soi en littérature.
Écrire procède d'un effort exceptionnel pour sortir du carcan de la personne, briser le miroir, s'évader de la psyché en faisant résonner, dans et par le style, une parole défigurée. L'autofiction se situe aux antipodes de l'enjeu littéraire majeur, lorsqu'elle prend la forme d'un déballage des émois dérisoires qui composent une vie. Dès lors, notre réflexion relève d'un double défi : extraire la littérature de la gangue du savoir critique qui risque de l'asphyxier sans que le refus de l'objectivité ne coïncide avec un retour au mirage de l'expression de soi.
Cette défense et illustration du pouvoir des fables implique un regard déniaisé sur le plaisir de l'imagination. La fiction ne demande pas un « oui » servile, adhésion à un monde cohérent qui comblerait les fissures de la réalité ; elle fait éprouver jusqu'au vertige de l'idée inattendue, dans l'exploration de mondes logiquement autonomes. Déployant une pensée déconcertante, la fiction met la raison à la question, égarée au-delà des terres familières de l'argumentation.
Détournons la voix du poète : « Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance » ; la littérature est enfer pour l'esprit de sérieux qui s'y effraie, s'accrochant à son identité, faute de tenter la quête de soi. La passion littéraire commence par l'abandon de réponses dépassées en vue d'une imagination en liberté, déculpabilisée. À l'heure où tout le monde prétend raconter sa vie et la publier, comptons que ce livre, réveillant le questionnement, servira la force littéraire, invitation à lire et écrire des livres dignes d'être brûlés.
Florence Balique - De la séduction littéraire.
De la séduction littéraire
22,99 €
Haut de page
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK

Ne partez pas tout de suite...

Inscription newsletter