Beaux livres

Ikuma - Carnet de tournage

Madeline Ivalu, Susan Avingaq, Carol Kunnuk, Atuat Akkirtiq, Oana Spinu

Note moyenne : | 0 avis
Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier !
  • Mémoire d'encrier

  • Paru le : 28/10/2008
  • Tous vos e-books sur notre application de lecture
  • Téléchargement immédiat
  • Aide au choix numérique
14,99 €
E-book - PDF
Vérifier la compatibilité avec vos supports

Decitre eBooks

Découvrez vos e-books avec notre application de lecture !

Votre note
Ikuma. Carnet de tournage réunit entretiens, photographies, aquarelles, poèmes, récits des principaux artisans du film Le jour avant le lendemain, réalisé par un collectif de femmes inuites d'après le récit de l'écrivain danois Jørn Riel. S'élèvent ici les formes et les voix des ancêtres, les maîtres du territoire arctique. L'univers du Grand Nord est rendu dans sa vérité et sa poésie initiatique.
  • Date de parution : 28/10/2008
  • Editeur : Mémoire d'encrier
  • ISBN : 978-2-89712-187-7
  • EAN : 9782897121877
  • Format : PDF
  • Nb. de pages : 132 pages
  • Caractéristiques du format PDF
    • Pages : 132
    • Taille : 18 186 Ko
    • Protection num. : Digital Watermarking
Marie-Hélène Cousineau a grandi à Montréal et a étudié l'histoire de l'art. Cinéaste, elle s'est tout de suite reconnue dans le travail des « documentalistes » québécois des années 1960 et 1970, tels Denys Arcand, Gilles Groulx, Fernand Bélanger, etc. C'est le rapport de vérité avec les gens qui l'intéresse. En 1990, invitée par les cinéastes Zacharias Kunuk et Norman Cohn à Igloolik dans le but de fonder un centre de vidéo communautaire, elle tombe sous le charme des lieux et s'y installe pour une période de dix ans. En débarquant à Igloolik, elle a compris qu'on lui avait caché tout un pays.
Bouleversée par ces terres, elle se met à l'écoute des habitants. Elle partage leur culture, leur vécu, leurs valeurs et le combat pour la reconnaissance de leurs droits et de leur citoyenneté. Cofondatrice du collectif de vidéo Arnait, elle s'est impliquée en tant que productrice, réalisatrice, opératrice caméra, monteuse et tout le reste. Elle agit avec la conviction que la vérité sur les peuples et les cultures des Premières Nations est quelque chose de fondamental.
Elle coréalise Le jour avant le lendemain avec Madeline Ivalu, ce qui est la plus grande joie de sa carrière. Depuis 1991, Madeline Ivalu, petite femme tout en muscles et à la démarche décidée, nous stimule, nous amuse et nous étonne avec sa manière de raconter les légendes qu'elle connaît par coeur. Si elle juge essentiel de présenter son travail à sa communauté, elle est également heureuse de le montrer au reste du monde afin de faire découvrir à d'autres les valeurs de sa culture et de son peuple.
Ainsi, elle voyage beaucoup, rencontre son public avec bonheur. Elle a étudié la joaillerie, la gravure. Depuis ces dix dernières années, elle est considérée comme une actrice remarquable. En plus de tout ça, elle a douze enfants et une trentaine de petits-enfants qui partent avec elle et son mari à la chasse au morse et au caribou chaque année. Madeline signe la coréalisation du film Le jour avant le lendemain en plus d'en jouer le rôle-clé. La légendaire ardeur au travail de Susan Avingaq n'a d'égal que sa générosité tranquille.
Qui n'a pas rêvé de se retrouver avec elle, sous la tente, pendant que le thé s'infuse et qu'elle joue un air mélancolique avec le vieil accordéon de sa mère ? Ingénieuse, drôle, zen et curieuse, Susan charme tous ceux et celles qui la rencontrent. Ses talents de couturière, de chanteuse et de raconteuse lui valent une réputation bien méritée dans sa communauté et dans tout le Nunavut. Elle travaille constamment et a toujours le temps de faire ce qu'elle veut. Elle rassure ses collègues avec la chaleur de son sourire et sa force spirituelle.
Elle a une manière facile et vraie d'exprimer ses émotions. Directrice artistique, Susan a uni l'équipe et lui a donné la certitude que le film était une ouvre essentielle exposant au monde une beauté et une vérité peut-être encore jamais révélées. Carol Kunnuk a déjà été propriétaire d'une entreprise de taxi à Igloolik. Elle y a fait mille et un métiers, preuve que rien ne l'arrête dans sa démarche de femme indépendante et déterminée.
Elle travaille en production médias depuis bientôt dix ans. Elle s'est associée au collectif Arnait avec le sentiment de se retrouver dans le cheminement des aînées qui se réapproprient l'expression publique de leur culture. Au carrefour de la tradition séculaire et de la modernité, son travail d'assistante à la réalisation et d'interprète a permis l'impossible. Atuat Akkirtirq est une femme dont la farouche beauté impressionne : voix rauque et basse, visage taillé au couteau avec des pommettes saillantes, yeux perçants.
Elle parle si vite que ses mots déboulent et s'enroulent dans son rire spontané. Son discours surprend toujours, c'est elle qui philosophe et qui arrive à l'essentiel. C'est Atuat aux doigts de fée qui a cousu et recousu les costumes selon nos besoins. C'est encore elle qui a fabriqué des pantoufles chaudes et silencieuses qui ne laissent pas de traces dans la neige ni dans le sable. En 2004, elle a été en nomination pour un Genie Award dans la catégorie des meilleurs costumes pour ses contributions dans les films d'Isuma Productions. Oana Spinu ou la Roumaine, comme elle se faisait appeler bien gentiment, est sûrement une excentrique qui dort seule dans une petite tente non chauffée, mais qui cuisine pour tout le monde des gâteaux merveilleux avec des coulis de fruits de la toundra.
Photographe de plateau, plusieurs de ses photos figurent dans le livre. Elle est aussi conceptrice des sites Web d'Arnait Video Productions et du film Le jour avant le lendemain. Elle habite maintenant à Igloolik où elle apprend à conduire sa motoneige, à chasser le caribou et à répondre au téléphone en inuktitut. Grand raconteur et ramasseux de toutes sortes de patentes! De l'Arctique, de tous les continents et de toutes les terres qu'il foule, il explore la symbolique patrimoniale, rameutant des boîtes de roches, des panaches, des morceaux de fourrure, des fleurs, des bouts de papier décolorés en plus de toutes ses impressions qu'il transforme en poésie, en récits, en légendes, en analyses et en collages. Un transformateur, un passeur...
qui jongle les yeux ouverts. Jean Morisset, poète-savant de la savane géopoétique, qui rêve de refaire le monde, géographe, voyageur... Depuis 1963, l'Arctique habite Morisset, qui répand sa lumière jusqu'aux Tropiques. C'est en parlant à Camille qu'est née l'idée d'Ikuma. Elle a transmis à l'équipe sa passion pour le dessin, les beaux livres, les carnets de voyage. Rencontres retracées par le pinceau, ce carnet de tournage avait déjà pris forme dans son imaginaire et dans ses traits.
Camille dessine comme elle marche. Invitée à marcher avec nous sur la toundra, aussitôt débarquée, elle est à pied d'oeuvre, observe, s'imprègne des émotions, des mouvements, de la lumière et des formes. Diplômée de l'Université du Québec à Montréal (maîtrise en multimédia), elle écrit, peint, chante, explorant de sa voix intérieure les mystères du monde. Fondées à Montréal en mars 2003 par Rodney Saint-Éloi, les éditions Mémoire d'encrier se sont fixé pour mandat de réunir des auteurs de diverses origines autour d'une seule et même exigence : l'authenticité des voix.
Mémoire d'encrier est ce lieu-carrefour où se tissent rencontres, dialogues et échanges pour que les voix soient visibles et vivantes. Mémoire d'encrier publie de la fiction : roman, récit, nouvelle; aussi de la poésie, des essais, des chroniques. Un catalogue diversifié aménage des passerelles entre cultures et imaginaires du monde. Mémoire d'encrier publie des auteurs québécois, amérindiens, antillais, maghrébins, africains.
représentant ainsi une large plate-forme où se confrontent les imaginaires dans l'apprentissage et le respect de la différence et de la diversité culturelle. Mémoire d'encrier propose de penser l'autre autrement, l'autre au pluriel, en ouvrant de multiples fenêtres sur le monde, ceci de manière décomplexée. Dans nos sociétés actuelles, rien ne manque plus que la compréhension. Un pont entre générations, visions et vécus du monde est en ouvre.
Le souhait est de rompre avec la rectitude éditoriale et la monoculture, qui dévident les êtres. Pour rassembler les continents et les humains, nous avons besoin de repousser la peur, la solitude et le repli afin d'imaginer et d'oser inventer un monde neuf. Mémoire d'encrier est cette manière de revisiter notre être le plus profond et de nous concilier avec nos parts manquantes, en regardant et en acceptant l'autre dans sa combien riche et complexe différence.

Nos avis clients sur decitre.fr


Avis Trustpilot

Beaux livres est également présent dans les rayons

Madeline Ivalu et Susan Avingaq - Beaux livres  : Ikuma - Carnet de tournage.
Beaux livres Ikuma. Carnet de tournage
14,99 €
Haut de page
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK

Ne partez pas tout de suite...

Inscription newsletter