Mes enfants, il faut que je parte... - Raymonde (13 ans) et sa famille dans la tourmente : correspondance et écrits (1942-1944) - Grand Format

Note moyenne 
Cette correspondance familiale, constituée d'une centaine de cartes interzones écrite entre 1942 et 1943, raconte à travers la banalité de la vie... Lire la suite
20,50 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 2 mars et le 4 mars
En librairie

Résumé

Cette correspondance familiale, constituée d'une centaine de cartes interzones écrite entre 1942 et 1943, raconte à travers la banalité de la vie quotidienne la déchirure de la déportation d'une famille de Juifs polonais arrivée en France en 1930. La plupart des lettres sont écrites par Raymonde, l'aînée de la famille. Elles sont adressées à leur père dans les différents GTE (groupements de travailleurs étrangers en zone libre), avant et après l'arrestation de leur mère, le 14 juillet 1942.
Celle-ci sera internée au camp de Pithiviers et déportée à Auschwitz-Birkenau, le 17 juillet 1942. Elle laisse derrière elle quatre filles de 13 ans, 10 ans, 7 ans et 6 mois et demi. Les trois grandes sont arrêtées à leur tour à l'école le 9 octobre 1942, incarcérées à la prison de Montargis et internées dans le camp de Beaune-la-Rolande, puis sont placées dans les maisons de l'UGIF à Paris. C'est là que Raymonde commence son journal qui nous décrit au quotidien sa vie d'enfant otage des nazis, les rafles et ses 7 tentatives d'évasion.
La dernière tentative réussie avec ses soeurs les mène en zone libre vers leur père, en semi-liberté au camp de Sereilhac. Il les cache dans un pensionnat catholique près de Limoges jusqu'en août 1944. Puis, c'est le retour à Montargis - où elles retrouvent leur petite soeur - et l'attente vaine du retour de leur mère.

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/02/2018
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-343-13537-3
  • EAN
    9782343135373
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    200 pages
  • Poids
    0.25 Kg
  • Dimensions
    13,5 cm × 21,5 cm × 1,1 cm

Avis libraires et clients

À propos des auteurs

Raymonde Novodorsqui-Frazier a été directrice d'école élémentaire à Paris. Elle est retraitée de l'Education Nationale et Officier des Palmes Académiques. Elle est actuellement Déléguée Départementale de l'Education Nationale. Monique Novodorsqui-Deniau est la quatrième des soeurs. Elle est présidente de l'AMEJD (Association pour la Mémoire des enfants juifs déportés du 6e arrondissement à Paris) et en 2006 a publié avec le Cercil un livre intitulé Pithiviers-Auschwitz, 17 juillet 1942, 6h15.
Elle a auparavant travaillé avec la Fondation Spielberg et a constitué le site Internet avec le Cercil intitulé lestemoins.fr. Elle est psychologue et psychanalyste.

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
20,50 €