La violence au village - Sociabilité et comportements populaires en Artois du XVe au XVIIe siècle - Grand Format

Note moyenne 
Robert Muchembled - La violence au village - Sociabilité et comportements populaires en Artois du XVe au XVIIe siècle.
Robert Muchembled a tenté de reconstituer les mentalités et les comportements collectifs de plusieurs générations d'environ 200 000 provinciaux de... Lire la suite
24,95 € Neuf
En stock en ligne
Livré chez vous à partir du 30 septembre
En librairie

Résumé

Robert Muchembled a tenté de reconstituer les mentalités et les comportements collectifs de plusieurs générations d'environ 200 000 provinciaux de 1400 à 1660 en utilisant des documents judiciaires. La violence joue alors un rôle fondamental. Les paysans, en particulier, soit les trois quarts des habitants, vivent malgré elle, contre elle ou avec elle. Loin d'être immobile ou froide, leur société est régie par une perpétuelle recherche d'équilibre interne, contre les dangers, les difficultés, les peurs de toute nature.
Brutalité et agressivité n'y ont pas uniquement un effet destructeur ou déstabilisateur. A côté de dérapages et de crimes, la violence prend de multiples formes sociales, rituelles et symboliques destinées à assurer la pérennité du groupe, au prix de secousses, d'explosions et de sacrifices, il est vrai. Il lui arrive donc souvent de créer de la cohésion sociale. Elle s'enseigne. Elle participe à l'éthique des populations, notamment à celle des jeunes hommes.
Elle appartient, malgré ses excès, à la sociabilité ordinaire. Véritablement tissée dans la trame même de la vie, elle s'épanouit plus fréquemment dans les temps et les espaces de la fête ou du loisir - à la taverne notamment - que dans ceux du travail. Elle enracine en chacun un puissant sens d'opposition aux étrangers et une éthique très virile qui le poussent à sauvegarder son honneur sous le regard de tous sur les multiples scènes d'une sociabilité très théâtralisée.
Une telle vision du monde n'implique pourtant ni désespoir existentiel ni résignation systématique, car un intense appétit vital s'exprime en particulier lors des fêtes, des jeux ou des danses, malgré les tensions habituelles ou en dépit de certaines poussées particulières de pessimisme. L'auteur explique finalement qu'une lente mais inéluctable confiscation de la violence par l'Etat, la justice et l'Eglise s'amorce avec la "civilisation des moeurs" venue des villes à partir du XVII.
siècle, pour aboutir aux personnages policés et autocontraints que nous prétendons être devenus !

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/03/1998
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-503-50477-9
  • EAN
    9782503504773
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Relié
  • Nb. de pages
    420 pages
  • Poids
    0.69 Kg
  • Dimensions
    13,8 cm × 19,6 cm × 2,7 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Robert Muchembled

Professeur à l'Université de Paris-Nord, Robert Muchembled s'intéresse surtout à l'histoire culturelle et sociale du Moyen Age à la Révolution. Il a publié récemment L'Invention de l'homme moderne. Sensibilités, moeurs et comportements collectifs sous l'Ancien Régime (Paris, Fayard, 1988). Il dirige la revue Mentalités. Histoire des cultures et des sociétés (Paris, Imago, diffusion P.U.F.).

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
24,95 €