Le vivant chez Leibniz

Note moyenne 
Jean-Pierre Coutard - Le vivant chez Leibniz.
Il n'y a pas de " théorie leibnizienne du vivant " mais on peut, à l'aide de certains outils conceptuels et sur la base de certaines orientations du... Lire la suite
44,00 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 24 octobre et le 28 octobre
En librairie

Résumé

Il n'y a pas de " théorie leibnizienne du vivant " mais on peut, à l'aide de certains outils conceptuels et sur la base de certaines orientations du discours leibnizien, porter un regard sur le vivant qui le saisisse comme la continuité d'un effort vers la puissance active optimale d'une " unité par soi " (unum per se) en devenir, singularité en marche et en situation de risque permanent, avec une multiplicité de niveaux d'expressions différents, de degrés de perfection dans cet effort. La question est celle-ci : le principe actif (proton dektikon activitatis) exprime-t-il l'essence du vivant comme puissance intrinsèque de se transformer en s'optimisant ou bien n'y a-t-il là qu'une contrainte pour un vivant qui, par essence, ne tendrait qu'à se conserver en l'état ? En dépassant un matérialisme mécaniste qui fait bon ménage avec la vision onto-théologique, on peut, sur les traces d'un Leibniz que la tradition n'a pas retenu, considérer la vie comme système évolutif de forces actives animé par une dynamique d'optimisation ; si ces forces sont par nature celles d'une puissance de percevoir et de désirer, c'est-à-dire de comprendre ou donner du sens en informant, alors on peut désigner par le mot " vie " l'unité d'un Désir où être et comprendre sont indissociables, dans une dynamique essentielle où mieux on comprend, plus on est.

Sommaire

  • LES " MODERNES " : DU MECANISME DOMINANT AU MATERIALISME
    • Descartes et Gassendi : le fantôme de la " vie matérielle "
    • Hoffmann ou l'accomplissement du matérialisme mécaniste
    • Glisson et la vita materialis
    • La leçon de l'entomologiste Swammerdam
  • LA REACTION ANIMISTE
    • Cudworth et les " natures plastiques "
    • Les " principes vitaux " de Grew : une nouvelle formulation des " natures plastiques "
    • L'âme stahlienne
  • LEIBNIZ ET LE VIVANT
    • Une puissance nommée " vie " : intelligence et ordre divin
    • Leibniz et le vivant comme individu organique : les machines de Dieu
    • Stahl et Leibniz ou l'inutile embarras
    • Leibniz et le vinculum substantiale
    • Penser l'être vivant : Leibniz et le poids des héritages.

Caractéristiques

  • Date de parution
    25/07/2007
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-296-02456-4
  • EAN
    9782296024564
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    591 pages
  • Poids
    0.945 Kg
  • Dimensions
    15,5 cm × 24,0 cm × 3,1 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Jean-Pierre Coutard

Jean-Pierre Coutard, docteur en philosophie, poursuit actuellement ses travaux sur le vivant et les notions d'individu et de singularité, autour de certains auteurs tels que Ockham, Leibniz, Bateson, Simondon, Sheldrake, Varela.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
44,00 €