Documenter les violences - Usages publics du passé dans la justice transitionnelle - Grand Format

Note moyenne 
Le 10 décembre 2014 à Brasilia, la Commission nationale de la vérité (CNV) remettait son rapport à la présidente Dilma Rousseff. Pendant deux ans,... Lire la suite
25,00 € Neuf
Expédié sous 5 à 9 jours
Livré chez vous entre le 12 mars et le 17 mars
En librairie

Résumé

Le 10 décembre 2014 à Brasilia, la Commission nationale de la vérité (CNV) remettait son rapport à la présidente Dilma Rousseff. Pendant deux ans, la CNV s'est consacrée à ouvrir et organiser les archives de la répression intervenue pendant la période autoritaire, à établir les faits relatifs aux violations graves des droits humains et à en identifier les responsables. Ses travaux ont suscité de larges controverses au Brésil, où la mémoire de la dictature révèle de profonds clivages.
A la lumière de cas situés en Colombie, en Argentine, au Chili, à Cuba, en Côte d'Ivoire et en Europe de l'Est, et en faisant le pari d'une approche pluridisciplinaire, cet ouvrage met le cas du Brésil en perspective pour interroger la production de la connaissance et de la mémoire sur les régimes d'exception du passé. Quel rôle pour les universitaires ? Dans quelles conditions conserver et rendre accessibles les archives des régimes d'exception ? Quel statut donner aux connaissances produites par les commissions de vérité et par les processus judiciaires relatifs aux violations des droits humains ? Historiens, politistes et juristes, les auteurs dressent les contours des enjeux démocratiques représentés par les usages conflictuels des références aux passés autoritaires, les politiques de mémoire et la conservation des archives.

Caractéristiques

  • Date de parution
    24/09/2020
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-37154-135-1
  • EAN
    9782371541351
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    418 pages
  • Poids
    0.563 Kg
  • Dimensions
    15,0 cm × 21,0 cm × 2,3 cm

Avis libraires et clients

L'éditeur en parle

Dans une approche comparative, cet ouvrage propose une réflexion sur les archives produites par les régimes d'exception et par les processus judiciaires relatifs aux violations des droits humains. Il interroge le rôle joué par les universitaires dans la production de la connaissance et de la mémoire sur ces périodes.

À propos des auteurs

Camille Goirand est professeure de science politique à l'Institut des hautes études de l'Amérique latine (IHEAL-Sorbonne Nouvelle) et membre du Creda (CNRS-Sorbonne Nouvelle, UMR 7227). Ses travaux portent principalement sur les comportements politiques des classes populaires au Brésil ainsi que sur les mobilisations et le militantisme. Eile est auteure de La Politique des favelas (Karthala 2000) et de Le Parti des travailleurs au Brésil.

Des luttes sociales aux épreuves du pouvoir. Vies militantes à Recife (Karthala 2019). Angélica Müller est professeure d'histoire du Brésil à l'université fédérale Fluminense et chercheure associée au CHS (CNRS-Paris 1-Panthéon-Sorbonne, UMR 8058). Elle est lauréate de plusieurs prix, du Conseil national de la recherche (CNPq) et de la Fondation pour la recherche de l'Etat de Rio de Janeiro (Faperj).

Elle a coordonné la collaboration de la Commission nationale de la vérité du Brésil avec les commissions de vérité universitaires et a rédigé le chapitre du rapport final de la CNV sur les universités. Elle a publié O movimento Estudantil na Resistência à Ditadura Militar, 1969-1979 (Garamond 2016).

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
25,00 €