Des lumières et des ombres

Note moyenne 
Henri Alekan - Des lumières et des ombres.
De la Belle et la Bête, de jean Cocteau, aux Ailes du Désir, de Wim Wenders, entre Henri Alekan et le Cinéma, ce sont soixante années d'une histoire... Lire la suite
99,00 € Neuf
Actuellement indisponible

Résumé

De la Belle et la Bête, de jean Cocteau, aux Ailes du Désir, de Wim Wenders, entre Henri Alekan et le Cinéma, ce sont soixante années d'une histoire d'amour, d'ombres et de lumières. C'est à un véritable Traité de la lumière qu'il nous invite, nous faisant partager une vie de réflexion et de méditation sur la perception au fil des temps de la lumière et de son double, l'ombre, au gré des tableaux qu'il a étudiés et des films qu'il a éclairés et luminés. Un des plus grands directeurs de la photo du Cinéma mondial, éternel jeune homme dont l'art est toujours actuel, nous offre, en un ouvrage devenu un livre culte, sa vision des ombres, des lumières et de leur influence sur le déroulement d'un film, et bien au-delà, de notre vie...

Caractéristiques

  • Date de parution
    20/07/2001
  • Editeur
  • ISBN
    2-909450-01-5
  • EAN
    9782909450018
  • Présentation
    Relié
  • Nb. de pages
    289 pages
  • Poids
    2.205 Kg
  • Dimensions
    29,2 cm × 29,3 cm × 3,0 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Henri Alekan

Né le 10 février 1909 à Paris, Henri Alekan suit, dès 1928, les cours du soir du Conservatoire des Arts et Métiers, ceux de l'Institut d'Optique ainsi que les cours pratiques de Pathé-Cinéma, mais c'est en fréquentant assidûment les studios qu'Henri Alekan apprend véritablement son métier. Jusqu'en 1937, il est assistant opérateur et travaille en particulier avec le légendaire Eugen Schuftan qui lui enseigne avant tout un art et l'incite à une réflexion, jamais interrompue, sur la lumière et l'image. Il participe à de nombreux films, aux prestigieux réalisateurs : G. W. Pabst, Max Ophuls, Marc Allégret, Robert Siodmak. Cameraman de 1938 à 1940 sur les films de G. Lacombe, Marcel Carné et Marc Allégret, il n'entame sa véritable carrière de directeur de la photo en 1941. Le premier film dont Henri Alekan ait fait la photographie, Tobie est un Ange, d'Yves Allégret, fut malheureusement détruit dans l'incendie d'un laboratoire. Quatre ans plus tard, deux films l'imposent comme artiste complet : La Bataille du rail, de René Clément, et La Belle et la Bête, de Jean Cocteau. Deux styles opposés, mais tous deux chargés de création et de travail. Ensuite, Henri Alekan ne cesse de collaborer avec les plus grands réalisateurs français et étrangers, comme Marcel Carné, Yves Allégret, Abel Gance, Julien Duvivier, Joseph Losey, Terence Young, André Cayatte, William Wyler, Anatole Litvak, Jules Dassin, Peter Ustinov, Yves Ciampi, Jean Delannoy, Alain Robbe-Grillet, Gitaï Amos et Wim Wenders, pour ne citer que les plus célèbres. En 1958, il a réalisé un court métrage, L'Enfer de Rodin, sorte de ballet mettant en mouvement des statues de Rodin, couronné au festival de Prague en 1961. Il obtient en 1983 le César de la photographie pour La Truite, de Joseph Losey, et participe à la fondation de la Cinémathèque Française et à la création de l'IDHEC, dont il fut vice-président. Chevalier de la Légion d'honneur, officier des Arts et Lettres, médaille des Combattants volontaires de la Résistance, Croix du combattant 1939-1945, Henri Alekan restera dans les mémoires comme la lumière du septième art.

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK