offre Black Friday

Les prix littéraires 2021

- Il y a 2 semaines
Catégories :

Les prix littéraires 2021 : Découvrez les grands gagnants de cette année 2021 !

mohamed saar

©Antoine Tempé


Prix Goncourt : La plus secrète mémoire des hommes de Mohamed Mbougar Sarr (Philippe Rey / Jimsaan)


C’est donc Mohamed Mbougar Sarr, romancier sénégalais, qui remporte le prix Goncourt de l’année 2021 avec La plus secrète mémoire des hommes, qui succède à Hervé Le Tellier, grand gagnant de 2020 avec son roman L'Anomalie. C'est le sacre d'un auteur assez méconnu du grand public, et très jeune également. Du haut de ses 31 ans, Mohamed Mbougar Sarr est l’un des plus jeunes Goncourt de l'histoire, pour son quatrième roman. C’est aussi la première fois qu’un prix littéraire récompense un écrivain subsaharien !

Les mots de Mohamed Mbougar Sarr, à la suite de l’annonce de sa victoire :

"Je suis très très heureux, très reconnaissant et extrêmement touché. L'Académie Goncourt envoie un signal intéressant, important, à tout l'espace francophone. On renoue avec une tradition d'accueil. Évidemment, c'est toujours difficile de dissocier un livre de l'auteur qui l'a écrit mais je pense qu'un prix Goncourt récompense d'abord un livre. Et c'est d'ailleurs l'un des thèmes de ce roman là : de dire, au fond, c'est l'œuvre qui doit rester. L'Académie Goncourt envoie un signal intéressant, important, à tout l'espace francophone, notamment à l'Afrique."
Mohamed Mbougar Sarr, juste après sa distinction le 3 novembre à Drouant



Mohamed Mbougar Sarr : un très grand écrivain


Dans ce roman, Mohamed Mbougar Sarr raconte l’histoire d’un jeune écrivain sénégalais qui a pour objectif de retrouver un auteur surnommé le Rimbaud noir, qui a écrit un livre en 1938. Le livre fait voyager dans le temps, dans les genres, dans l’espace. Une qualité qui a séduit l’ensemble du jury.

Cette année, nous avons assisté au sacre d’un très grand écrivain, qui n'a pas fini de nous étonner, et qui connaîtra sûrement de nouvelles consécrations dans les prochaines années à venir.

En attendant ses prochaines œuvres, nous avons aperçu l’auteur à l'occasion du sommet franco-africain, en tant que membre du comité mis en place par l'intellectuel camerounais Joseph Archil Mbembe, dans l’optique de réfléchir sur les nouvelles relations entre le continent africain et la France.




amelie nothomb

©Jean-Baptiste Mondino / Albin Michel



Prix Renaudot : Premier sang d'Amélie Nothomb (Albin Michel)


C’est Amélie Nothomb, la célèbre romancière belge, qui remporte le prix Renaudot de l’année 2021 avec Premier Sang, qui succède à Marie-Hélène Lafon, grande gagnante de 2020 avec son roman Histoire du fils.
Amélie Nothomb a été élue au deuxième tour, en obtenant six des dix voix du jury !

Les livres de l’autrice au chapeau noir ont déjà atteints des chiffres de ventes records, et c’est le cas pour son 32ème roman Premier sang, paru ce 18 août dernier, qui, avant d’être récompensé, dépassait déjà les 100 000 exemplaires vendus, soit l’une des meilleures ventes de cette rentrée littéraire.

Les mots d’Amélie Nothomb, émue jusqu’aux larmes, destinés à son père après l’annonce de sa victoire :

"Je suis folle de joie. Folle de joie, et là vraiment, j’ai envie de dire à mon père : “Papa on a le prix !”, ça y est, c’est formidable. Et je suis sûre qu’il est très heureux là où il est.”
Amélie Nothomb, juste après sa distinction le 3 novembre à Drouant



Un magnifique hommage à son père


Dans ce roman, l'autrice de best-sellers rend hommage à un père respecté, le diplomate belge Patrick Nothomb, qui s’est éteint en mars 2020, lors du premier confinement occasionné par la crise sanitaire.

Elle revient sur la vie de ce dernier, un homme courageux qui a réussi à libérer de nombreux otages, mais aussi sur son enfance difficile auprès de ses grands-parents. Premier sang est sans doute le livre le plus intimiste de l'autrice. Elle livre l'histoire de sa famille avec énormément d'émotions et de sincérité, ce qui lui vaut ce prix Renaudot 2021.

Après son grand prix du roman de l'Académie française en 1999 pour Stupeur et Tremblements et son Prix de Flore en 2007 pour Ni d'Eve, ni d'Adam, Amélie Nothomb se voit une nouvelle fois récompensée, 14 ans plus tard, du Prix Renaudot 2021.




Clara Dupont-Monod

©Dorian Prost / Télérama



Prix Femina : S'adapter de Clara Dupont-Monod (Stock)


C’est Clara Dupont-Monod, éditrice, autrice et journaliste française, qui remporte le prix Femina de l’année 2021 avec le roman S'adapter, qui succède à Serge Joncour, grand gagnant de 2020 avec son roman Nature humaine.

C’est au cours du huitième tour que l’autrice remporte le prix, en obtenant six des dix voix du jury, composé exclusivement de femmes ! A noter que cette très belle œuvre a été récompensée une semaine plus tôt par le prix Landerneau des lecteurs !

Les mots de Clara Dupont-Monod, après l’annonce de sa victoire :

"Je voudrais le dédier (le prix Femina) à tous les êtres différents, qui sont quand même 12 millions en France, et à toutes leurs fratries, tous ceux qui s'en occupent. Quand un jury dit : on va s'adapter à un inadapté, eh bien on se dit que c'est presque gagné (...). Je n'ai pas compris tout de suite (avoir remporté le prix). C'est très émouvant: ça va au-delà du livre, ce que ce prix couronne, et c'est ça qui me touche.”
Clara Dupont-Monod, juste après sa distinction le 25 octobre au musée Carnavalet à Paris



Une histoire bouleversante



Dans ce roman, Clara Dupont-Monod nous dévoile une famille, où un enfant naît différent. Son évolution est vécue différemment selon les différents membres d’une fratrie, avec l'aîné, la cadette et enfin, le dernier.

Chaque point de vue est raconté de façon différente et sincère. Une vision troublante d'un sujet difficile qui paraît pourtant si évident dans sa narration.




Christine Angot

©Vincent Ferrané / Elle


Prix Médicis : Le Voyage dans l'Est de Christine Angot (Flammarion)


C’est Christine Angot, romancière française, qui remporte le prix Médicis de l’année 2021 avec le roman Le Voyage dans l’Est, qui succède à Chloé Delaume, grande gagnante de 2020 avec son roman Le Cœur synthétique.

C’est au cours du deuxième tour que l’autrice remporte le prix, en obtenant six des dix voix du jury. Ce roman, traitant d’un sujet aussi difficile et marquant que l’inceste paternel dont elle a été victime, était l’un des ouvrages les plus remarqués de cette rentrée littéraire 2021.

Les mots de Christine Angot, après l’annonce de sa victoire :

“Ça compte vraiment (de gagner le prix Médicis). C’est-à-dire qu’il y a des gens qui sont là, qui vous aident, qui vous soutiennent, qui manifestent qu’ils sont avec vous. Quand vous écrivez, vous êtes absolument seule et c’est très bien comme ça, et c’est aussi ce qui m’intéresse dans le fait d’écrire. Mais moi, il y a des gens qui me disent : on est là, on entend, on lit, on voit, on comprend, on soutient. Je suis soutenue depuis très longtemps, en fait.”
Christine Angot, juste après sa distinction le 26 octobre dans le quartier de l'Odéon, à Paris



Un sujet aussi marquant que difficile à traiter



Dans ce roman, l’autrice revient sur le drame qu'elle a vécu adolescente et qu'elle a déjà traité plusieurs fois : l'inceste.

Elle décrit comment elle a longtemps cédé à un homme, dont l'emprise était si forte qu'elle a attendu d'avoir 28 ans pour décider de ne plus jamais le voir. Un père aujourd'hui décédé qui a poussé sa victime à tout raconter dans un livre.

A noter que Christine Angot a également été retenue parmi les quatre finalistes du prix Goncourt, finalement remporté par Mohamed Mbougar Sarr.