Le mois d'avril, c'est le mois de la jeunesse

- Il y a 2 ans
Catégories :

La littérature jeunesse comme message de tolérance...


Nous entendons trop souvent parler de différences et de discrimination, notamment dans les médias, au lieu de parler d'unicité, de ressemblances et tout simplement, d'amour. Il n'y a pas que les adultes de concerné mais aussi les jeunes publics et donc les jeunes lecteurs.

La littérature jeunesse peut alors s'offrir comme un moyen de comprendre ces différences et d'en tirer ce qu'elles ont de plus positif. Pour cela, il apparaît opportun de mettre en lumière deux ouvrages jeunesse, parus respectivement début et fin octobre 2015, pour les enfants de 4 et 6 ans, intéressants non seulement d'un point de vue graphique mais aussi philosophique, porteurs d'un message fort, à méditer...

On n'est pas si différents de Claire Cantais et Sandra Kollender aux Éditions La ville brûle

La publicité pour une célèbre pâte à tartiner chocolat-noisettes dit et répète qu'il faut beaucoup d'énergie pour être un enfant. C'est vrai. Et c'est vrai pour tous les enfants... même ceux que l'on ne voit jamais dans les pubs à la télé. Qu'il soit né porteur d'un handicap ou qu'il le soit devenu, qu'il roule, boîte, tâtonne, signe, tourne en rond ou culmine à 60 cm, rien n'interdit à un enfant de manger des tartines chocolatées, de rire, d'être heureux, d'être amoureux, de faire des bêtises, de râler... et surtout d'avoir des amis. Au fil de ces pages, ni peur ni pitié, pas de bons ou de mauvais sentiments non plus, juste des enfants qui finalement ne sont pas si différents les uns des autres, et peuvent apprendre à se connaître pour mieux vivre ensemble.
jeunesse 6 à 11 ans
Cet ouvrage aux graphismes et aux illustrations colorés traite avec justesse de la question du handicap sous toutes ses formes, sur fond de photographies Pop Art et clairement artistiques. Sur le ton de l'espoir et du dialogue, ce bel ouvrage explique avec clairvoyance et amabilité, les différences qui existent entre les enfants « normaux » et les enfants handicapés afin de dresser des ponts entre eux, mettant en avant les aptitudes et les incapacités. Le but est de toujours veiller à ce que l'enfant handicapé fasse comprendre à son camarade qu'il n'est pas un monstre et qu'il demeure dans tous les cas, un enfant. L'album se lit comme n'importe quel ouvrage et n'est absolument pas expliqué comme un album pro-handicapé.

Cet album coloré et ingénieux se parcourt sans difficulté, happant notre curiosité sur un sujet encore sensible mais sur lequel nous avons encore beaucoup à apprendre. Nous passons alors avec aisance du handicap à la trisomie, en passant par la schizophrénie, la cécité, les tocs, le tout suivant un fil conducteur orange fluo. À la fin de l'ouvrage, un message d'espoir est délivré aux enfants en présentant des grands noms d'artistes ayant eux aussi du faire face à un handicap. Une manière pour les enfants de croire en leurs rêves avec toujours le soutien des adultes qui sont une aide précieuse mais aussi et surtout, grâce à la tolérance des autres enfants.

C'est le mois de la jeunesse

ABC des peuples de Liuna Virardi aux Éditions Memo


Avec un nombre limité de formes, on peut dessiner tous les peuples du monde. C’est ce que montre Liuna Virardi dans cet Abécédaire des peuples, qui en présente 26, pour commencer ! Chaque lettre de l’alphabet est associée à un peuple, avec une présentation de son mode de vie et illustrée par un visage formé de tampons de couleurs. Une carte à la fin du livre permet de placer les peuples que l'on vient de découvrir.

jeunesse 12 ans et plus
Ce très bel ouvrage est tout simplement une invitation au voyage et ce, en raison d'un texte explicatif richement illustré de très beaux dessins tous tracés avec les mêmes tampons. Une manière de rapprocher les peuples et de partir d'un tronc commun malgré les spécificités de chaque population. Cet Abécédaire relève clairement du livre d'Art tant la matière de l'ouvrage est particulière et les dessins ingénieux. Les adultes eux-mêmes pourront y apprendre beaucoup, d'ailleurs étonnés de constater que nous avons pu trouver une lettre pour chaque peuple. Les textes sont très clairs et riches de connaissances tandis que le voyage à travers le monde entier est très dépaysant. Une manière de nous rendre compte avec émotion, de la diversité des êtres humains et de tous ces peuples, que nous voudrions rencontrer et avec lesquels échanger. Car finalement, nous n'avons jamais fini d'apprendre...

Ophélie Curado pour le blog de Decitre, blogueuse sur Le Journal des Lettres

Qui est Ophélie ? Découvrez cette rédactrice web via son premier article Vers le renouveau de la littérature ou sur son article Le prêt numérique en bibliothèque.
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK