Revue du MAUSS N° 28, second semest

Penser la crise de l'école - Perspectives anti-utilitaristes

Note moyenne 
Thomté Ryam et Alain Caillé - Revue du MAUSS N° 28, second semest : Penser la crise de l'école - Perspectives anti-utilitaristes.
Qu'est-ce qui est en crise, au bout du compte, dans l'école en France ? La manière de transmettre les savoirs, trop éloignée de la pédagogie ancienne... Lire la suite
30,50 € Neuf
Expédié sous 7 à 15 jours
Livré chez vous entre le 3 octobre et le 12 octobre
En librairie

Résumé

Qu'est-ce qui est en crise, au bout du compte, dans l'école en France ? La manière de transmettre les savoirs, trop éloignée de la pédagogie ancienne ou, au contraire, mal adaptée à la mutation des publics ? L'inadéquation croissante des formations à la structure des emplois ? Et ces évolutions sont-elles imputables à la sclérose de l'école ou à la situation socio-économique ? L'école souffre-t-elle d'être trop attachée à la défense d'une culture générale vieillie ou, au contraire, d'avoir déjà succombé à une exigence utilitariste de rentabilisation des diplômes ? La seule chose certaine, c'est que nous sommes bel et bien confrontés à une crise grave de la transmission des connaissances institutionnellement légitimes.
Pour sortir des querelles particulièrement féroces en France sur la question et en permettre une approche plus sereine, il est important de partir du caractère multidimensionnel de la crise scolaire - à la fois crise des méthodes, des finalités, du sens, de l'autorité, du rapport aux publics et aux emplois. Tel est le parti pris de ce dossier. Mais qu'apporte à ce débat une perspective anti-utilitariste ? Sans doute la possibilité de soulever des questions souvent trop négligées : que signifie donner et recevoir (et rendre) un savoir ? Et un savoir qui vaut pour et par quoi : sa valeur intrinsèque, son utilité pour les individus ou son rôle de ciment d'une collectivité humaine ? Comment bien faire la part, dans l'acquisition des connaissances, de la quête du diplôme et de l'intérêt pour la connaissance elle-même ? De l'autorité et de la complicité du maître ? De l'obligation d'apprendre et du plaisir de comprendre ? Ici comme ailleurs, la bonne réponse n'est-elle pas que les savoirs susceptibles de devenir réellement utiles sont surtout ceux pour lesquels on s'est au moins un peu pris de passion ?

Sommaire

  • CRISE DE L'ÉCOLE, CRISE DE LA PENSÉE SUR L'ÉCOLE
    • Haine de l'école
    • Élèves de ZEP
    • Les sept savoirs nécessaires
    • Qu'est-ce qu'enseigner ?
    • Polémiques sur l'utilité des diplômes
    • Les deux crises de l'éducation
    • Pour une approche systémique de la crise de l'école
    • La syllabique est-elle réactionnaire ?
    • Fragments d'une critique radicale de l'école actuelle
    • " Sauver les lettres "
    • " C'est pire que s'il n'y avait rien "
    • Pour une " dématernisation " de l'Éducation nationale
    • Les temps nouveaux de l'éducation
  • PERSPECTIVES ANTI-UTILITARISTES
    • Une foi commune : démocratie, don et éducation chez John Dewey
    • La démocratie créatrice
    • La dette en trop : Face à la domination postcoloniale
    • Confucius dans le cortège
    • Donner et s'adonner : Pour un discours éducatif amoureux
    • Instruction, éducation et transmission entre générations
    • Une école sans rites ni symboles
    • Une pratique d'enseignement (EPS) à l'épreuve du paradigme du don
    • " La fac, c'est moins pire que je croyais ! "

Caractéristiques

  • Date de parution
    02/11/2006
  • Editeur
  • ISBN
    2-7071-5001-0
  • EAN
    9782707150011
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    474 pages
  • Poids
    0.6 Kg
  • Dimensions
    13,5 cm × 22,0 cm × 3,3 cm

Avis libraires et clients

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
30,50 €