Critique N° 751 (Broché)

  • Minuit (Les Editions de)

  • Paru le : 06/01/2010
Note moyenne : |
Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier !
Donnez votre avis !
11,00 €
Neuf - Expédié sous 3 à 6 jours
  • ou
    Livré chez vous
    entre le 25 avril et le 27 avril
ou
Votre note
Ce numéro s'ouvre avec la traduction d'une conférence, " Sur la théorie platonicienne des Idées ", prononcée par Paul Natorp à Berlin en 1913. S'opposant fermement à une certaine vulgate alimentée par l'opposition aristotélicienne entre logique et métaphysique, Natorp entreprend d'y exposer à nouveau frais - " comme pour la toute première fois " - l'interprétation révolutionnaire de l'idéalisme platonicien qu'il avait présentée dix ans plus tôt dans son ouvrage magistral, La Théorie platonicienne des Idées (1903). A la fois claire et concise, sa conférence invite à relire Platon d'un oeil neuf, en voyant en lui non le père d'un dualisme métaphysique figé, mais l'initiateur d'un idéalisme transcendantal de type kantien. Dans " La constitution intersubjective de la personne ", Philippe Cormier s'interroge sur le statut philosophique de la notion de personne, dont il retrace la généalogie. Il ne s'agit pas de récuser le concept de sujet, mais de le repenser - dans le champ de la phénoménologie, mais aussi de la psychanalyse - dans le sens d'une intersubjectivité constitutive, donc d'une altérité transcendantale. La thèse soutenue par l'auteur est double. D'une part, contre tout solipsisme, la relation à l'autre n'est pas un surcroît accidentel advenant après coup en l'ego, mais est constitutive de la nature de la personne (Fichte, Husserl). D'autre part, la finitude de la personne de chair en implique le rapport à la personne-relation absolue qu'est le Christ (Henry) ; l'effort philosophique pour élucider le statut de la personne conduirait donc vers la théologie. Dans " Patoéka et le phénomène de la vie post mortem ", Philippe Merlier se pose la question suivante : peut-on décrire le phénomène de la survivance en nous du proche défunt ? Partant d'un manuscrit de Patoéka sur la phénoménologie de la vie après la mort, il s'interroge ainsi sur le paradoxal mode d'être phénoménologique des morts dans l'espace intersubjectif de l'être-pour-autrui. Il tente de saisir le sens de l'entre nous qui apparaît dans les divers modes du souci de la mort d'autrui - deuil et sacrifice. La question des noms propres est redevenue d'actualité grâce à l'ouvrage de Sainsbury intitulé Reference without Referents, paru en 2005. Sainsbury y soutient la thèse selon laquelle la sémantique des noms propres doit être indépendante de la question factuelle de l'existence ou non d'un référent. Cette position de bon sens rouvre la question de la nature du sens des noms propres, en tant que distinct de leur référent, et tranche avec la théorie devenue aujourd'hui dominante - à savoir celle de la référence directe. L'article de François Rivenc " Les noms propres, encore une fois " poursuit dans cette direction, en suggérant que certains noms propres, étant lexicalisés, tombent sous le coup d'une analyse sémantique lexicale au même titre que d'autres éléments linguistiques. D. P.
  • Date de parution : 06/01/2010
  • Editeur : Minuit (Les Editions de)
  • ISBN : 978-2-7073-2110-7
  • EAN : 9782707321107
  • Présentation : Broché
  • Nb. de pages : 1120 pages
  • Poids : 0.112 Kg
  • Dimensions : 13,5 cm × 21,5 cm × 0,8 cm

Nos avis clients sur decitre.fr


Avis Trustpilot
Ruwen Ogien et Jean-Philippe Martin - Critique N° 751 : .
Critique N° 751
11,00 €
Haut de page
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK