Vers l'armée nationale - Les débuts de la conscription en Seine-et-Marne (1798-1815) (Broché)

  • PU Rennes

  • Paru le : 23/06/2011
Note moyenne : |
Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier !
Donnez votre avis !
Le 5 septembre 1798, à la fin du Directoire, la loi Jourdan institutionnalise les expériences de la Révolution et fait triompher le principe selon... > Lire la suite
22,00 €
Neuf - Expédié sous 3 à 6 jours
  • ou
    Livré chez vous
    entre le 21 décembre et le 26 décembre
ou
Votre note
Le 5 septembre 1798, à la fin du Directoire, la loi Jourdan institutionnalise les expériences de la Révolution et fait triompher le principe selon lequel tout citoyen se doit à la défense de la Patrie. Désormais, et pour deux siècles, les Français n'envisagent pas d'autre voie pour fonder une armée nationale que celle qui recourt à la conscription. Instrument essentiel de l'Etat-nation centralisateur, la conscription est aussi un facteur d'unification nationale.
Toutefois, certaines régions lui opposent une résistance qui alimente la légende noire de l'institution. On en oublierait presque les régions qui l'ont acceptée dès le Consulat et l'Empire. Tel est le cas de la Seine-et-Marne. La facilité et la rapidité avec lesquelles s'effectue la levée du contingent, ainsi que la faiblesse de l'insoumission déclarée sont des signes de cette adhésion, même si l'obéissance de la population dont se félicitent les préfets successifs n'exclut pas l'usage occasionnel de biais, légaux ou illégaux, pour échapper à la conscription.
A quelques nuances près, cette acceptation se maintient encore pendant les " années sombres " de la fin de l'ère napoléonienne. Le long terme et le court terme se conjuguent pour expliquer l'enracinement de l'institution en Seine-et-Marne. Pays de grande culture, au cœur de l'Etat-nation, ouvert à l'influence de Paris qu'il approvisionne, où rares sont les communautés rurales repliées sur elles-mêmes, le département a répondu favorablement aux levées révolutionnaires qui ont précédé celles de la conscription.
La Seine-et-Marne est emblématique de ces régions où le degré de développement économique et culturel ne fait pas obstacle à la réussite de la conscription, signe de leur ancrage dans la modernité.
  • LES LEVEES DU DIRECTOIRE EN SEINE-ET-MARNE
    • La Seine-et-Marne post-fructidorienne
    • La préparation de la conscription en Seine-et-Marne
    • La levée du 3 vendémiaire an VII (24 septembre 1798)
  • LA MISE EN PLACE DE LA MACHINE CONSCRIPTIONNELLE (AN VIII- AN XIV)
    • La première levée du nouveau régime : la loi du 17 ventôse an VIII (8 mars 1800)
    • Le fonctionnement de la machine conscriptionnelle en l'an IX et en l'an X
    • La consolidation du système : les levées de conscrits de l'an XI à l'an XIV
  • LA BELLE EPOQUE DE LA CONSCRIPTION EN SEINE-ET-MARNE (1806-1812)
    • La pratique napoléonienne de la loi Jourdan : les levées des conscrits de 1806, 1807, 1808
    • L'année 1808, un tournant
    • 1809, l'impôt du sang à répétition
  • LA CONSCRIPTION DES ANNEES SOMBRES
    • 1813, l'année terrible
    • Les conscrits de 1813
    • 1814, la levée des Cent-Jours
  • Date de parution : 23/06/2011
  • Editeur : PU Rennes
  • Collection : Histoire
  • ISBN : 978-2-7535-1396-9
  • EAN : 9782753513969
  • Présentation : Broché
  • Nb. de pages : 427 pages
  • Poids : 0.72 Kg
  • Dimensions : 16,5 cm × 24,0 cm × 2,5 cm

Biographie d'Annie Crépin

Annie Crépin est maître de conférences honoraire en histoire contemporaine. Spécialiste de l'histoire politique, sociale et culturelle du fait militaire, elle a publié plusieurs ouvrages dont Défendre la France aux PUR en 2005 et Histoire de la conscription aux Editions Gallimard en 2009.

Nos avis clients sur decitre.fr


Avis Trustpilot
Annie Crépin - Vers l'armée nationale - Les débuts de la conscription en Seine-et-Marne (1798-1815).
Vers l'armée nationale. Les débuts de la conscription...
22,00 €
Haut de page
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK