Usages sociaux de la déviance - Habiter la Castellane sous le regard de l'institution

Note moyenne 
Nadine Roudil - Usages sociaux de la déviance - Habiter la Castellane sous le regard de l'institution.
La cité de la Castellane, à Marseille, a été bâtie à flanc de colline à la fin des années 60. De ses tours, on dispose d'une vue exceptionnelle... Lire la suite
24,00 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 28 octobre et le 30 octobre
En librairie

Résumé

La cité de la Castellane, à Marseille, a été bâtie à flanc de colline à la fin des années 60. De ses tours, on dispose d'une vue exceptionnelle sur la baie de l'Estaque. La relation que les habitants entretiennent avec le centre social du quartier et l'école est tout autant singulière. Elle s'inscrit dans la tradition d'un lien tissé depuis des décennies entre les acteurs associatifs et scolaires et les plus démunis. Depuis le début des années 90, ce lien est affecté par une stigmatisation qui pèse de plus en plus sur la population des cités des quartiers nord de la ville. Cette population touchée par la pauvreté, majoritairement d'origine étrangère, la plus en proie aux difficultés économiques, fait l'objet d'un rappel à la norme quasi permanent. Sans mettre en doute les professions de foi sincères, les institutions à cars&ère social et scolaire abordent les habitants de la cité à partir du postulat de leur déviance. À l'image insolite de la cité de la Castellane fait face celle d'une cité suffisamment exceptionnelle pour engendrer comme par magie l'artisan de la victoire française au championnat du monde de football, Zinedine Zidane. La population est prisonnière d'une image qui la sépare du reste de la ville. Les contours de la cité sont dressés à partir d'un discours où les plus jeunes de ses habitants sont souvent considérés comme des fauteurs de troubles potentiels. La figure du notable investi dans la vie locale fait écho à celle du délinquant dont la réputation se répand au gré des faits relatés par la presse locale. Qu'en est-il réellement du quotidien pourtant ordinaire des habitants de la cité ? Loin des clichés qui empêchent l'intelligence de tels lieux, l'ouvrage restitue une enquête minutieuse et au plus près de la vie quotidienne des principaux concernés, adolescents et jeunes adultes en particulier, habitants et travailleurs sociaux. L'auteur dégage l'impact contrasté des institutions (école et centre social) et les jeux dans lesquels les acteurs trouvent in fine, des marges de manoeuvre à renégocier en permanence.

Sommaire

  • UNE ETHNOGRAPHE A LA CASTELLANE
  • HABITER LA CASTELLANE ; LE RENOUVELLEMENT DE LA FIGURE DU DEVIANT
  • VIVRE DANS LES QUARTIERS NORD DE MARSEILLE ; LA GENESE DU STIGMATE
  • YAZID, MEDHI, KAMEL ET LES AUTRES ; GROUPES DE PAIRS ET REGULATION DU DESORDRE
  • PROMOTION DES NORMES ET ACTION SOCIALE ; LE CENTRE SOCIAL DE LA CASTELLANE
  • ORDRE ET DESORDRE AU COLLEGE ; INTEGRATION ADOLESCENTE ET NORMES SCOLAIRES

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/01/2011
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-296-12749-4
  • EAN
    9782296127494
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    211 pages
  • Poids
    0.37 Kg
  • Dimensions
    15,6 cm × 24,0 cm × 1,4 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Nadine Roudil

Nadine Roudil est chargée de recherche au Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB). Elle est sociologue, docteur en Sociologie, diplômée de l'École des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et chercheure associée au Laboratoire d'Architecture Ville Urbanisme et Environnement (LAVUE UMR 7218).

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
24,00 €