Un seul corps - La Vierge, Madeleine et Jean dans les Lamentations italiennes (ca. 1272-1578)

Note moyenne 
Beauté, jeunesse, blondeur, clarté du teint, émotivité, amour du Christ. Dans la peinture de la fin du Moyen Age et de la Renaissance, ils partagent... Lire la suite
35,00 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 26 janvier et le 31 janvier
En librairie

Résumé

Beauté, jeunesse, blondeur, clarté du teint, émotivité, amour du Christ. Dans la peinture de la fin du Moyen Age et de la Renaissance, ils partagent ces quelques points communs et de nombreux autres. Parfois, ils se ressemblent même jusqu’à la confusion. Pourtant, ils sont trois personnages bien distincts de l’histoire sainte. Deux se conjuguent au féminin. L’une est la Vierge Marie, la plus parfaite d’entre toutes.
L’autre est Marie Madeleine, l’incarnation de la pénitence. Le troisième est un homme, celui que Jésus aimait : Jean. On connaît l’androgynie de l’apôtre dans la fameuse Cènede Léonard de Vinci pour le couvent milanais Santa Maria delle Grazie (1494-1498) : les longs cheveux, les doigts délicats ont fait dire – à tort – à quelques-uns qu’il s’agissait d’une femme, sans doute de Madeleine. Il ne peut pas en être ainsi.
De toute façon, même quand les deux personnages sont présents dans l’image, cette ressemblance est récurrente. Mieux encore, elle s’élargit à la Vierge Marie. Comment, dès lors expliquer les répétitions visuelles (posture, couleur, expression faciale) qui unissent ces personnages et qui viennent contredire l’exigence de variété des traités de peinture, depuis Alberti (ca 1435) jusqu’à Lodovico Dolce (1557) ? Les Lamentations (ou déploration) italiennes autour du Christ mort sont au fondement de cette enquête iconographique.
Au croisement de l’histoire de l’art et de l’anthropologie, cette étude, ancrée dans le contexte historique, religieux et liturgique portant sur l’ensemble de la période qui va de la fin du XIII e siècle à la fin du XVI e siècle, comble une lacune historiographique concernant ce thème. De plus, elle constitue une réflexion approfondie sur la répétition et la ressemblance dans la peinture religieuse, autant à l’échelle de l’image, que du réseau figuratif tout entier.

Caractéristiques

  • Date de parution
    28/08/2014
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-86906-375-4
  • EAN
    9782869063754
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    247 pages
  • Poids
    0.947 Kg
  • Dimensions
    21,0 cm × 27,5 cm × 1,4 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie d'Amélie Bernazzani

Amélie Bernazzaniest Docteur en Histoire de l’art Moderne (CESR, Tours), spécialiste de l’iconographie religieuse. Elle est actuellement pensionnaire de l’Académie de France à Rome - Villa Médicis.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

35,00 €