Poésie, mobilité de l'esprit - Portes, passages, rythmes et métaphores

Note moyenne 
Anne Mounic - Poésie, mobilité de l'esprit - Portes, passages, rythmes et métaphores.
Explorant divers horizons poétiques, de langue anglaise (Edgar Allan Poe, Emily Dickinson, D.H. Lawrence, Robert Graves, Edwin Muir, Stevie Smith, Ruth... Lire la suite
22,30 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 22 novembre et le 27 novembre
En librairie

Résumé

Explorant divers horizons poétiques, de langue anglaise (Edgar Allan Poe, Emily Dickinson, D.H. Lawrence, Robert Graves, Edwin Muir, Stevie Smith, Ruth Fainlight et Elizabeth Bishop) ou de langue française (Gustave Roud, Léopold Sédar Senghor et Michel Fardoulis-Lagrange), de l'Amérique à l'Europe en passant par l'Afrique, l'auteur tente, dans cet ouvrage, d'élaborer une synthèse en sa réflexion sur la poésie, expression de la mobilité de l'esprit. Par le jeu des correspondances sur lequel il se fonde, le poème ouvre à l'aventure de l'être, aventure épique, franchissement, sur le modèle des Symplégades, de passes initiatiques au sein de la vie quotidienne, non pas le monde, mais les mondes, non seulement la nature et ses "vivants piliers", mais aussi l'au-delà sous toutes ses formes, au seuil de la mort, au seuil de l'inconnu au sein de soi, au seuil du visage de l'Autre, défini par D.W. Winnicott comme miroir, élevé par E. Levinas au rang de transcendance, fondement de l'éthique. Le rythme poétique, rythme du passage et des métamorphoses, saisons de la nature, de l'être et du mythe, participe du jeu des correspondances et révèle au poète occidental la voie vers cet état d'inconnaissance en lequel le sujet ne dissocie plus le sensible et l'intelligible. Le rythme atteint à la décantation et à la transparence des images dans l'émerveillement d'exister. Si les portes du dogme demeurent étroites ou fermées, celles de la poésie ne cessent de s'ouvrir : "Je demeure dans le Possible," écrivait Emily Dickinson, "Maison plus raffinée que la prose", percée d'une infinité de portes et de fenêtres. C'est en ce sens que le poème est espoir, "la véritable imagination", écrivait Gustave Roud, nous rendant, "en face des choses les plus pauvres en apparence, le sentiment profond de l'inépuisable." Cette synthèse vise à l'inachèvement. Le poème se glisse sur le cours des choses ; c'est la vie qui s'éprouve.

Caractéristiques

  • Date de parution
    27/10/2003
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-7475-5147-4
  • EAN
    9782747551472
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    259 pages
  • Poids
    0.49 Kg
  • Dimensions
    16,0 cm × 24,1 cm × 1,7 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie d'Anne Mounic

Annie Mounic, maître de conférences à Paris III Sorbonne nouvelle, est aussi l'auteur de poèmes (son dernier recueil, La terre, en ses élans, Océan est paru chez Encres Vives) et de romans (Carnet d'Hadès, à paraître, chez l'Harmattan).

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
22,30 €