PHILOSOPHIE N° 62 JUIN 1999 (Broché)

Collectif

  • Minuit (Les Editions de)

  • Paru le : 15/06/1999
Note moyenne : |
Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier !
Donnez votre avis !
Ce numéro comprend la traduction d'un compte-rendu critique de l'ouvrage de Fichte, La destination de l'homme (1800), publié par Schleiermacher peu... > Lire la suite
9,91 €
Neuf - Expédié sous 3 à 6 jours
  • ou
    Livré chez vous
    entre le 26 septembre et le 29 septembre
ou
Votre note
Ce numéro comprend la traduction d'un compte-rendu critique de l'ouvrage de Fichte, La destination de l'homme (1800), publié par Schleiermacher peu de temps après sa parution. Schleiermacher y critique le point de départ de Fichte : la conscience de soi comme liberté, auto-position absolue, le sujet de la raison pratique n'est pas le sujet individuel concret ; il convient, dès lors, d'opposer à l'abstraction de ce sujet, qui n'est que l'accomplissement d'une raison universelle transcendant les individus, un être individuel dans la concrétude de ses tâches éthiques. Dans son article, Denis Thouard étudie cette controverse en centrant son propos, plus particulièrement, sur la théorie fichtéenne du sentiment et ses implications pour la doctrine de l'autonomie du sujet. Le texte de Pascal David analyse une autre critique philosophique, celle de Levinas à l'encontre de Heidegger, dans son article : " L'ontologie est-elle fondamentale ? " (195 1), placé en ouverture du recueil Entre nous. Il s'agit, dans l'esprit de Levinas, de substituer à l'" ontologie fondamentale " de Sein und Zeit l'éthique envisagée comme " philosophie première ". Cet article constitue pour Pascal David le point de départ d'une réflexion sur la notion même d'" ontologie fondamentale " telle qu'elle est développée par Heidegger : son élaboration ne doit pas se confondre avec la thèse selon laquelle l'ontologie serait fondamentale. La Fundamantalontologie est l'opposé d'une ontologie érigée au rang de discipline fondatrice. Jérôme Porée s'interroge, à la lumière des travaux de Tellenbach et, plus généralement, de la psychiatrie phénoménologique, sur les liens qui unissent la souffrance à la mélancolie (en son sens clinique) : est-il vrai de soutenir que le propre de la mélancolie est d'ôter à celui qui en est atteint sa propre souffrance ? Peut-on affirmer que " le mélancolique ne souffre pas " ? Pour tenter de répondre à cette question, il faut fournir une description du phénomène de la souffrance : l'auteur entreprend ici d'en donner une esquisse, avant d'analyser la souffrance mélancolique elle-même comme un trouble de la temporalité.
  • Date de parution : 15/06/1999
  • Editeur : Minuit (Les Editions de)
  • ISBN : 2-7073-1679-2
  • EAN : 9782707316790
  • Présentation : Broché
  • Nb. de pages : 95 pages
  • Poids : 0.085 Kg
  • Dimensions : 13,4 cm × 21,6 cm × 0,8 cm
 Collectif - .
PHILOSOPHIE N° 62 JUIN 1999
Collectif
9,91 €
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK