Maurice Scève ou l'emblème de la perfection enchevêtrée - Délie objet de plus haute vertu (1544)

Note moyenne 
Bruno Roger-Vasselin - Maurice Scève ou l'emblème de la perfection enchevêtrée - Délie objet de plus haute vertu (1544).
Lyon, carrefour économique et culturel dès l’Antiquité et le Moyen Âge, est à l’époque des guerres d’Italie (1494-1559) un relais important... Lire la suite
25,00 € Neuf
Actuellement indisponible

Résumé

Lyon, carrefour économique et culturel dès l’Antiquité et le Moyen Âge, est à l’époque des guerres d’Italie (1494-1559) un relais important pour l’épanouissement de la Renaissance française dans sa richesse littéraire et artistique. Les sciences et la philosophie se mêlent alors aux fêtes et jeux urbains, à l’architecture, à l’archéologie, aux techniques d’édition et d’illustration pour créer des chefs-d’œuvre insoupçonnés : en poésie amoureuse, voici la Délie de Maurice Scève.
Tourmentés, lunatiques, méditatifs et soudain bienheureux, puis cédant de nouveau à l’égarement, les vers de Maurice Scève, véritable « prince » de la Renaissance lyonnaise aux dates incertaines (1501-1563 ?), dessinent une perfection qu’on dirait enchevêtrée dans l’inspiration qui la suscite. Du coup de foudre amoureux qui le paralyse au premier regard, le poète ne sort plus jamais : il reste embarrassé, « mal caut », en « pensée obscure », en « haut désir de douce piperie », et dit la complexité tortueuse et délectable de son agitation d’esprit.
Le surnom de Délie, donné par Maurice Scève à la poétesse Pernette du Guillet, désigne la muse du poète lyonnais. Délie objet de plus haute vertu (1544), premier recueil français composé pour mieux s’en distancier sur le modèle du Canzoniere de Pétrarque, présente un ensemble de 449 dizains de décasyllabes – parfaite quadrature – ponctués toutes les neuf pièces d’emblèmes qui donnent un rythme, une dimension d’échappée fugitive et une portée symbolique à la quête amoureuse.
Telle est la perfection enchevêtrée qui, avant Ronsard, Du Bellay et l’ensemble de la génération de la Pléiade qu’elle va influencer, s’offre à l’analyse. Après quelques années au Cned, en charge de l’enseignement supérieur, des langues et de la culture, Bruno Roger-Vasselin a rejoint le ministère de la Culture et de la Communication comme directeur adjoint des Affaires culturelles de la Guadeloupe.

Caractéristiques

  • Date de parution
    18/12/2012
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-13-060689-5
  • EAN
    9782130606895
  • Présentation
    Broché
  • Poids
    0.39 Kg
  • Dimensions
    14,6 cm × 20,0 cm × 2,2 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Bruno Roger-Vasselin

Professeur à l’université de Stanford, Cécile Alduy est l’auteur de Maurice Scève (Memini, 2006), bibliographie critique de tous les textes de et sur cet auteur, et de nombreux articles sur Délie, dont elle a aussi fournit une édition critique (STFEM, 2001). Spécialiste de la poésie de la Renaissance, elle a publié Politique des « Amours » : Poétique et genèse d’un genre français nouveau (1544-1560) (Droz, 2007).
Ses travaux sur Marot, Du Bellay, Ronsard, ou Labé ont parus dans Renaissance Quaterly, Seizième Siècle, Poétique, Studi Francese, etc. Elle dirige le Stanford Center for Medieval and Early Modern Studies.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK