Les noms de famille d'origine africaine de la population martiniquaise d'ascendance servile - Et d'autres survivances africaines en Martinique

2e édition revue et augmentée

Note moyenne 
Guillaume Durand et Kinvi Logossah - Les noms de famille d'origine africaine de la population martiniquaise d'ascendance servile - Et d'autres survivances africaines en Martinique.
L'origine de son patronyme est un sujet qui passionne tout un chacun. Aux Antilles, il prend un relief particulier car il est l'héritage d'un ordre social... Lire la suite

Résumé

L'origine de son patronyme est un sujet qui passionne tout un chacun. Aux Antilles, il prend un relief particulier car il est l'héritage d'un ordre social esclavagiste, où le nom était la manifestation de l'appartenance à l'un des groupes socio-ethniques composant la société de cette époque : blancs, gens de couleur libres, esclaves. Ce sujet, abordé sous l'angle de la provenance géographique africaine, concerne de ce fait la majorité de la population martiniquaise.
L'aspect étymologique devient alors aussi important que l'aspect généalogique. L'objectif de ce livre est en conséquence de situer l'existence, l'importance, les origines ethniques et de donner les significations linguistiques de certains noms de famille martiniquais d'origine africaine : prénoms, surnoms et patronymes, attribués lors de l'abolition de l'esclavage de 1848, ainsi que pour des affranchissements ayant eu lieu avant cette date.
Une étymologie et une traduction de la signification symbolique africaine de plus de 2600 patronymes sont ainsi proposées, pour des noms comme : Bagoé, Angloma, Zobda, Voulzy, Gondo, Coique, Hejoaka, Icheck, Lathif, Alibo, Bassé, Cossou... (Il est à noter que 30% de ces noms africains perdurent jusqu'aujourd'hui en Martinique). En plus des explications sur les patronymes, cette recherche ouvre également des pistes et donne des informations sur les survivances africaines dans d'autres domaines de la culture martiniquaise : musique, danse, pratiques sociales et familiales, langue créole...
Elle traite ainsi des phénomènes d'acculturation et de créolisation à travers les survivances africaines à la Martinique. Le champ de cette étude n'inclut pas la population appartenant à la période d'émigration africaine de 1857 à 1862 des " Travailleurs libres " (appelés aussi " Nèg' Kongo ").

Sommaire

  • CADRE HISTORICO-JURIDIQUE
    • De l'affranchissement avant 1848 d'un point de vue anthroponymique
    • De l'abolition générale en 1848, quels noms pour les " nouveaux citoyens " ?
    • La traite négrière
  • CADRE SOCIO-LINGUISTIQUE
    • Acculturation, Créolisation, Survivance Africaine
    • Le nom dans les sociétés africaines
  • LISTE DES NOMS MARTINIQUAIS D'ORIGINE AFRICAINE
    • Précisions phonétiques, orthographiques et ethnologiques pour une lecture aisée des tableaux
    • Tableaux des noms

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/04/2011
  • Editeur
  • ISBN
    978-2-296-54366-9
  • EAN
    9782296543669
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    322 pages
  • Poids
    0.505 Kg
  • Dimensions
    15,5 cm × 24,0 cm × 1,7 cm

Avis libraires et clients

À propos des auteurs

Guillaume Durand a présenté en 2009 une thèse de doctorat d'histoire à l'Université des Antilles et de la Guyane portant sur l'ensemble des patronymes martiniquais issus de la période de l'esclavage, publiée chez le même éditeur. Kinvi Logossah est chercheur, spécialiste de l'histoire ancienne, de l'anthropologie et de la sociologie africaine. Professeur à l'Université des Antilles et de la Guyane, il est depuis 2008 détaché auprès de l'Agence universitaire de la francophonie, directeur de l'Institut Aimé Césaire à Port-au-Prince.

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK