Léon Cladel et l'écriture de la commune

Note moyenne 
Ton-That Thanh-Vân - Léon Cladel et l'écriture de la commune.
Léon Cladel (1835-1892) : découvert par Baudelaire, loué par Barbey d'Aurevilly, il est à la fois urbain et rural, classique et moderne, au style s... Lire la suite
21,00 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 27 septembre et le 2 octobre
En librairie

Résumé

Léon Cladel (1835-1892) : découvert par Baudelaire, loué par Barbey d'Aurevilly, il est à la fois urbain et rural, classique et moderne, au style s à la limite de l'archaïsme, du néologisme et de la préciosité, naturaliste au souffle épique renouvelé. Comme Maupassant, Alphonse Daudet ou Zola, qui évoquent la guerre de 1870 et la Commune de Paris, Cladel s'inspire des événements contemporains. La fictionnalisation de la Commune est un travail de réinvention notamment à travers ses nouvelles, comme " Revanche " (1873) et son roman posthume I.N.R.I. (1931) qui reprend et développe ce premier récit. Cladel revient sur le passé pour décanter la mémoire collective et à défaut d'être un acteur de l'Histoire comme Vallès, il va jouer le rôle de témoin, de porte-parole. Si l'armée des ombres a été décimée, exilée, dispersée aux quatre vents, l'écrivain parfois censuré, poursuit cependant son humble tâche : collectionner les souvenirs, transposer et donner un sens à ce qui risquerait d'apparaître sinon comme une absurdité sanglante. Peut-on pour autant considérer l'écriture de Cladel comme une écriture monumentale, la muséification édifiante d'une Histoire figée dans un arrêt sur image d'Epinal ? L'immense prosopopée des combattants de l'ombre transforme le livre aux accents parfois hugoliens en chambre d'échos de son siècle, pour faire entendre les tremblements de la ville-volcan qui renaît sans cesse de ses cendres et faire sentir les soubresauts du peuple martyr. Contre la page blanche, la froide stèle funéraire, l'écrivain des causes perdues brandit son texte, comme un tissu aux multiples broderies, sans cesse défait et retravaillé - travail pénélopéen ou cyclopéen ? - comme un linceul de mots ou un drapeau déchiré.

Sommaire

  • ETUDE DE " REVANCHE ", NOUVELLE DE LEON CLADEL
    • Présentation
    • Un écrivain oublié
    • Le manuscrit
    • Vie et œuvres de Léon Cladel
  • ETABLISSEMENT DU TEXTE ET NOTES
  • ETUDE GENETIQUE
    • Corrections, suppressions et ajouts du manuscrit : une étape de la genèse de " Revanche "
    • Etude des variantes entre le manuscrit et les éditions de 1874 et de 1884
  • QUESTIONS DE STYLE : VERS UNE NOUVELLE RHETORIQUE REVOLUTIONNAIRE
    • Le choix d'un registre
    • Sobriété de la " chose vue "
    • Réminiscences classiques et romantiques
  • UNE ECRITURE NATURALISTE, POETIQUE ET ENGAGEE
    • Arrière-plan historique
    • Onomastique cladélienne
    • Une écriture engagée : pourquoi Paris brûle-t-il ?
  • CLADEL ET L'ECRITURE DE LA NOUVELLE : POSSIBILITES ET LIRAI DU GENRE
    • Un genre bref
    • Un univers tragique
    • Une nouvelle épopée populaire
  • ETUDE DE LA NOUVELLE " REVANCHE " ET DU ROMAN I.N.R.I
    • La nouvelle et le roman : d'une esthétique de la concentration à la fresque historique
    • D'un genre à l'autre : emboîtement, développement, variations
    • D'un temps à l'autre : durées, climats
    • D'un espace à l'autre : claustration, ouvertures
    • Les personnages : le personnel de l'histoire, les masques de l'Histoire
  • LE ROMAN POSTHUME : EPANOUISSEMENT DU GENRE APRES UNE LONGUE GESTATION
    • La fresque historique
    • Un roman d'apprentissage et un roman à thèse ?
    • Un roman allégorique
  • LA COMMUNE DANS LE RESTE DE L'OEUVRE DE CLADEL
    • A la recherche d'un sujet et d'un genre
    • " Urbain et rural " : une longue maturation
    • Un genre de prédilection : la nouvelle
  • L'ESPACE DE LA COMMUNE : DU SIEGE AU PIEGE
    • Paris : cadre, sujet et objet de la nouvelle
    • Un espace clos
    • L'imaginaire des barricades
    • Rêves de fuite
  • PEINDRE L'INSTANT : UN KALEIDOSCOPE HISTORIQUE
    • D'une guerre à l'autre
    • Limites, dates et derniers instants
    • Un goût pour l'analepse
    • Durées
  • CE QUI S'EST PASSE : UNE ECRITURE DE L'INDICIBLE
    • Arrêts sur image : le corps mutilé
    • Représentations de la mort
    • Fragmentation du récit
  • UNE GALERIE DE PORTRAITS : FIGURES POPULAIRES ET PITTORESQUES
    • Titres des nouvelles
    • Portraits
    • Des anti-héros
    • Renouvellement des figures héroïques
  • CELUI QUI TIENT LA PLUME : LE PORTE-PAROLE DES PORTE-BLOUSES
    • Visions et autres sensations
    • Ecrivain et narrateurs : jeux de miroirs
    • Une écriture engagée
    • Risques de la fiction : mensonges et désenchantement

Caractéristiques

  • Date de parution
    01/09/2007
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-296-03843-1
  • EAN
    9782296038431
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    209 pages
  • Poids
    0.235 Kg
  • Dimensions
    13,5 cm × 21,5 cm × 1,5 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie de Ton-That Thanh-Vân

Thanh-Vân Ton-That, ancienne élève de l'Ecole normale supérieure (Ulm), agrégée de lettres modernes, enseigne la littérature française à l'université d'Orléans. Elle a publié Proust ou l'écriture prisonnière (éditions du temps, 2000), Le Ravissement de Lol V. Stein : un roman de la folie amoureuse (éditions du temps, 2005), une édition critique d'Une Idylle pendant le siège de François Coppée (éditions du Sandre, 2005) et des Pas effacés de Robert de Montesquiou (Editions du Sandre, 2007), un recueil de poèmes Le Pays d'avant (portaparole, 2007).

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
21,00 €