Le jeu des circonstances - Grand Format

Ziva Avran

(Traducteur)

,

Arlette Pierrot

(Traducteur)

Note moyenne 
Entre 1938 et 1941, à Berlin et à Leningrad, deux jeunes gens bien sous tous rapports collaborent aux politiques de destruction d'Hitler d'une part... Lire la suite
22,00 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 29 janvier et le 30 janvier
En librairie

Résumé

Entre 1938 et 1941, à Berlin et à Leningrad, deux jeunes gens bien sous tous rapports collaborent aux politiques de destruction d'Hitler d'une part et de Staline d'autre part. Alexandra et Thomas ne sont pas plus des héros que des monstres, ni Hitler ni Staline n'ont réveillé leurs pires instincts, ce sont des gens ordinaires, mus par des motivations complexes mais sans perversité. A Berlin, Thomas est hanté par le spectre de la crise qui a réduit son père à faire l'" homme sandwich ".
Lui ne veut pas connaître ce sort, il veut devenir un homme important : il se fait embaucher dans une entreprise publicitaire américaine qui s'implante en Allemagne et, à force d'acharnement, gravit les échelons. Pour cela, il élabore le " modèle de l'homme allemand " qui devrait aider l'entreprise américaine à mieux vendre ses produits. Ce modèle rencontre un grand succès auprès des nazis, qui réclament un " modèle de l'homme polonais " afin d'élaborer leur stratégie de domination et d'extermination.
Et si les travaux de Thomas affectent l'existence de millions de personnes, si à cause d'eux les nazis installent un système de mort ultraperformant partout où ils passent, est-il pour autant responsable ? A Leningrad, Alexandra vit dans un milieu d'intellectuels, de poètes et d'écrivains. Elle aussi voudrait être poète, mais elle est médiocre, submergée par des émotions qu'elle ne parvient pas à contrôler : elle méprise l'univers bourgeois des amis de ses parents, leurs lâchetés face à la terreur stalinienne ; elle est pleine de colère devant la trahison de son père, amoureux d'une autre, et la complaisance de sa mère.
Elle n'a qu'un véritable amour, son jeune frère, Kolia. Alors quand la police politique arrête la maîtresse de son père, elle réagit : elle se fait embaucher par le NKVD, dénonce ses parents et toutes leurs relations, et se spécialise dans l'extorsion d'aveux - avec l'espoir que Kolia lui sera confié au lieu d'être envoyé dans un orphelinat cauchemardesque. Et si ses parents et leurs amis sont déportés au Goulag, peut-on l'en tenir pour responsable ? Ne sont-ils pas, eux, coupables en premier lieu d'hypocrisie et de renoncement ? Et, en vérité, ne leur a-t-elle pas évité la peine de mort ? En jouant le jeu du régime stalinien, Sacha se persuade qu'elle va sauver son frère et ramener la vie dans son foyer détruit.
Mais c'est vers une mort intime qu'elle dérive : elle découvre qu'elle n'est qu'une machine à survivre, construite autour d'un désespérant vide intérieur. Thomas n'adhère pas à l'idéologie nazie, non ; simplement il ne la voit pas, ne l'entend pas. Il est tendu vers un seul but : réussir. Parce que réussir, c'est exister. Il s'indigne fort peu du sort des Juifs, mais lentement, tout au fond de lui, il se laisse effacer du monde des vivants, ne partage plus ni leurs émotions ni leur attentes, devient une pure machine à rédiger des rapports.
Peur, ambition, jalousie, solitude et secret désir de mourir forment un cocktail ravageur qui pousse Thomas et Sacha vers la vilenie, puis la chute. Ils sont écartés des cercles du pouvoir, relégués à une tâche subalterne qui va les mener à se rencontrer à Brest-Litovsk, en 1941, peu avant la rupture du pacte germano-soviétique. Alors qu'ils sont la risée de leur entourage, ils continuent de se battre jusqu'à l'absurde pour un projet qui ne verra jamais le jour.
Ils y jettent leurs dernières forces, comme dans une sorte de lent suicide, mais c'est aussi leur seule vraie bataille : celle qui les révélera à eux-mêmes et les confrontera à leurs choix.

Caractéristiques

  • Date de parution
    16/01/2014
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-221-12628-8
  • EAN
    9782221126288
  • Format
    Grand Format
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    461 pages
  • Poids
    0.6 Kg
  • Dimensions
    15,5 cm × 24,1 cm × 3,3 cm

Avis libraires et clients

L'éditeur en parle

Ambitieux et exigeant, ce roman sans concession a reçu les éloges de la presse comme des plus grands romanciers israéliens. Il est resté pendant quatre mois de suite sur les listes des meilleures ventes israéliennes et a été couronné du prix du Premier ministre pour la littérature en hébreu après avoir été sélectionné pour le prestigieux prix Sapir. Le Jeu des circonstances a fait l'objet d'enchères entres éditeurs dans la plupart des pays où les droits ont été cédés, a figuré sur la liste du prix Rome en Italie, est devenu un best-seller aux Pays-Bas notamment.
Une nouvelle manière de parler du nazisme et du stalinisme. Contrairement au roman Les Bienveillantes de Littell, Nir Baram refuse la plongée dans l'horreur, souvent trop proche d'une fascination malsaine. Le Jeu des circonstances se déroule à la périphérie des horreurs nazies et staliniennes, même si elles sont omniprésentes. Pas plus que les personnages, nous n'avons à affronter la réalité des déportations et de l'extermination, la terreur des séparations et des faux procès, mais celles-ci rôdent constamment dans le récit.
Elles réduisent la petite histoire des " gens bien ", des gens comme tout le monde, à une tragique bouffonnerie, et cela génère un effroi glaçant. Les contradictions de Thomas et Alexandra ne nous sont pas étrangères. Partagés entre l'aversion et un sentiment de proximité, on se questionne sur leurs limites : vont-ils pouvoir indéfiniment actionner les engrenages de cette " banalité du mal " dont parlait Hannah Arendt ? S'illusionnent-ils sur eux-mêmes ou sont-ils secrètement conscients de leur vacuité ? Sont-ils pathétiques ou admirablement fous dans leur désir d'accomplir leur tâche jusqu'au bout ? Ces antihéros, ces " criminels bureaucratiques ", membres des classes moyennes éduquées, représentent ces millions de personnes qui ont servi un régime totalitaire sans vraiment adhérer à son idéologie.
Ils posent la question de la vie quotidienne sous un régime d'oppression, soulèvent de profondes interrogations morales : sommes-nous avant tout des machines à survivre ? La préface de A. B. Yehoshua (prix Médicis étranger 2012) et la postface de l'auteur éclairent la force, les enjeux et la richesse de ce roman.

À propos de l'auteur

Biographie de Nir Baram

Journaliste, éditeur et romancier, Nir Baram est né en 1977 à Jérusalem dans une famille de politiciens célèbres, son grand-père et son père ayant tous deux été ministres du Parti travailliste. Le Jeu des circonstances est son quatrième roman et le premier publié en France. Il été traduit dans quatorze langues.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Le jeu des circonstances est également présent dans les rayons

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
22,00 €