Le cheval de feu - Album

Note moyenne 
Vladimir Maïakovski et Lidia Popova - Le cheval de feu.
En avril 1927, dans un entretien au journal Prager Presse Maïakovski déclara : "Ma plus récente passion est la littérature pour la jeunesse. Il est... Lire la suite
13,00 € Neuf
Expédié sous 5 à 9 jours
Livré chez vous entre le 27 janvier et le 29 janvier
En librairie

Résumé

En avril 1927, dans un entretien au journal Prager Presse Maïakovski déclara : "Ma plus récente passion est la littérature pour la jeunesse. Il est nécessaire de familiariser les enfants avec des notions nouvelles, avec une nouvelle approche des choses. Mon vif intérêt pour le sujet a récemment donné lieu à deux livres..." Quelques jours plus tôt, Maïakovski avait remis au Département de littérature pour la jeunesse du Gosizdat [Maison d'édition d'Etat fondée en mai 1919] le manuscrit de deux poèmes pour les enfants Le Cheval de feu et Tu lis et tu t'débines à Paris et en Chine.
En mai de la même année, le poète évoqua de nouveau ces livres dans un entretien publié par le journal Epokha : "Je souhaite inspirer aux enfants quelques idées fondamentales sur la société. En procédant, bien sûr, avec toute la précaution requise. Je raconte notamment une petite histoire à propos d'un cheval à roulettes. Je saisis cette occasion pour expliquer aux enfants combien de personnes ont dû collaborer à la fabrication d'un tel cheval.
Il y a par exemple un menuisier, un peintre, un tapissier. Ainsi, l'enfant se familiarise avec la nature sociale du travail." Le Cheval de feu, superbement illustré et mis en page par Lidia Popova, fut publié en avril 1928. Imprimé en chromolithographie, son tirage était de 10 000 exemplaires et son prix de vente de 35 kopeks. Le Cheval de feu est le septième des neuf livres pour les enfants écrits par Maïakovski entre 1925 et 1929.
Dans cet album où le texte et l'image forment un tout organique, le langage graphique peut combiner sur une même page le grand dessin polychrome d'un personnage, les outils ou les produits de son métier, et une vignette en bichromie qui scande le mouvement narratif. Chaque planche devient un espace vivant où se conjuguent les énergies du poème et de l'image. L'expressivité de la page doit sans doute quelque chose à l'art de l'affiche lithographiée dans lequel des peintres d'avant-garde et Maïakovski luimême s'étaient illustrés à l'époque.

Caractéristiques

  • Date de parution
    08/11/2019
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-35654-094-2
  • EAN
    9782356540942
  • Format
    Album
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    16 pages
  • Poids
    0.105 Kg
  • Dimensions
    17,1 cm × 20,0 cm × 0,5 cm

Avis libraires et clients

À propos des auteurs

Vladimir Vladimirovitch Maïakovski (1893- 1930) est le grand poète révolutionnaire futuriste soviétique.Maïakovski adhère au Parti bolchévique à quinze ans et participe aux manifestations révolutionnaires de 1905. Arrêté pour conspiration, il s'initie à la poésie alors qu'il est emprisonné à Boutyrskaïa en 1909. Il devient rapidement l'un des chefs de file du mouvement futuriste. Il rejoint la Révolution dès les premiers jours, et crée le Koumfout, mouvement des communistes-futuristes.
Son Nuage en pantalon (1914) est son véritable manifeste. Après la Révolution d'Octobre 1917, Maïakovski utilise, sincèrement, son talent au service du pouvoir politique, notamment dans le poème "Lénine". Pendant la guerre civile, Maïakovski participe à l'Agitprop, en réalisant "Au front". De 1923 à 1929, il anime la revue LEF dont le projet (conformément au programme des constructivistes et productivistes) consiste à porter l'art dans la vie quotidienne où il doit disparaître.
Lidia Vladimirovna Popova (1903-1951) est une artiste russe formée au sein des Vkhoutemas, les Ateliers supérieurs d'art et de technique fondés à Moscou en 1920. En effet, Maïakovski était lié à Alexandre Rodtchenko, El Lissitzky et à d'autres collaborateurs de cette institution qui fut un foyer de l'avant-garde artistique et architecturale soviétique jusqu'à sa dissolution en 1930. Lidia Popova avait étudié au département graphique des Vkhoutemas auprès d'Alexandra Exter.
Après avoir obtenu son diplôme en 1924, elle travailla principalement comme graphiste et illustratrice pour le Gosizdat et la maison d'édition Jeune Garde. "Le futurisme n'est pas une école, c'est une nouvelle attitude". Dans le domaine des arts appliqués, le constructivisme défend une esthétique du "fonctionnel" tendant à simplifier à l'extrême les formes. Chez Popova, la figure humaine est plate et schématique- géométrique, toutes les pièces sont solides et concrètes, découpées sans compromis dans les espaces, dans l'esprit évident du temps.

Des mêmes auteurs

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
13,00 €