Le cens de la famille. Les femmes et le vote, 1789-1848

Note moyenne 
Anne Verjus - .
Lorsqu'on cherche à situer politiquement les femmes, dans la première moitié du XIXe siècle, la réponse semble aujourd'hui s'imposer d'elle-même... Lire la suite
24,85 € Neuf
Expédié sous 3 à 6 jours
Livré chez vous entre le 16 avril et le 17 avril

Résumé

Lorsqu'on cherche à situer politiquement les femmes, dans la première moitié du XIXe siècle, la réponse semble aujourd'hui s'imposer d'elle-même : privées du droit de suffrage, elles sont exclues de la citoyenneté révolutionnaire, universelle et individualiste telle quelle est définie à partir de 1789. Le constat de leur exclusion, d'une objectivité irréprochable, ne rend pourtant pas compte de leur situation politique telle quelle est pensée à cette époque (de 1789 à 1848). Car à ce constat, un autre peut être opposé : les femmes sont loin d'être les seules concernées par cette exclusion, elles qui partagent cette communauté de destin avec les domestiques et les enfants. En sortant d'une analyse centrée uniquement sur l'exclusion des femmes en tant que telles, pour aborder ces non inclus dans leur globalité, tous " membres de la famille ", on est amené à s'interroger sur les liens entre appartenance à la sphère domestique et exclusion des droits électoraux. D'où le titre de cet ouvrage : Le cens de la famille. Le calcul du cens électoral a une histoire qui, en raison même du caractère " technique " de son objet, en dit long sur les catégories non débattues, évidentes du droit de suffrage. De fait, une étude attentive des lois électorales de 1789 à 1848 montre que les membres de la famille, en étant autorisés à déléguer leurs contributions à l'électeur pour le calcul du cens, sont considérés comme constitutifs de sa capacité politique. Le familial, loin d'être laissé à l'écart du politique, le constitue. Il est le vecteur à partir duquel se pense la capacité du citoyen à parler au nom de plus grand que lui, et en particulier au nom des femmes.

Sommaire

    • Des citoyennes sans citoyenneté
    • L'universel comme communauté d'intérêts
  • LA SOCIETE CIVILE ET POLITIQUE DES INDIVIDUS
    • Le droit de suffrage, attribut de l'indépendance
    • L'invention de la sphère domestique
  • UN SUFFRAGE FAMILIALISTE
    • Le lien familial, catégorie du droit électoral
    • Le familialisme, constitutif du citoyen libéral
  • LA COMMUNAUTE NATURELLE DES HOMMES
    • L'universalité des citoyens, une rupture sans précédent
    • Vers l'épuisement du modèle politique de la famille
    • La situation politique des femmes
    • La définition de l'individu politique

Caractéristiques

  • Date de parution
    09/11/2002
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    2-7011-3261-4
  • EAN
    9782701132617
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    255 pages
  • Poids
    0.315 Kg
  • Dimensions
    13,5 cm × 21,5 cm × 1,8 cm

Avis libraires et clients

À propos de l'auteur

Biographie d'Anne Verjus

Anne Verjus, docteur en études politiques, est chargée de recherches au CNRS (Cerat).

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK