La Propriété collective et les Services publics (Broché)

Paul Brousse

Bruno Antonini

(Commentateur (texte))

  • Bord de l'eau (Le)

  • Paru le : 25/08/2011
Note moyenne : |
Ce produit n'a pas encore été évalué. Soyez le premier !
Donnez votre avis !
Paul Brousse (1844-1912) est une figure un peu oubliée du socialisme français. Médecin psychiatre, collectiviste et ancien libertaire, élu au conseil... > Lire la suite
10,20 €
Neuf - Expédié sous 3 à 6 jours
  • ou
    Livré chez vous
    entre le 20 décembre et le 23 décembre
ou
Votre note
Paul Brousse (1844-1912) est une figure un peu oubliée du socialisme français. Médecin psychiatre, collectiviste et ancien libertaire, élu au conseil municipal de Paris de 1887 à 1906 (il présidera cette assemblée municipale en 1905) et député de la Seine de 1906 à 1910, il s’est donc illustré par son socialisme réformiste de type municipal et par la création avec Jules Joffrin, suite à leur rupture avec le guesdisme au congrès de Saint-Étienne de 1882, du parti « possibiliste », la Fédération des Travailleurs Socialistes Français, en 1883.
La même année, il publie en brochure La Propriété collective et les Services publics qu’il republiera en 1910 sous les bons soins encore de son journal Le Prolétaire. Dans ce court texte, Brousse expose l’essentiel de sa doctrine sur le socialisme municipal, la question communale étant, pour lui, « plus de la moitié de la question sociale ». Les services publics organisés sous la forme de la propriété collective ont pour but de réaliser par la commune et par l’État la préparation à la substitution du socialisme au capitalisme, par une voie « qui passe à égale distance de la réaction et de l’utopie ». Comment s’articule dans le socialisme réformiste de Paul Brousse la question de la propriété collective avec celle des services publics ? Selon quel statut, quel rôle et quelles finalités pour ces derniers ? Quelle vision de l’État cela suppose-t-il ? L’enjeu philosophico-politique de La Propriété collective et les Services publics est bien celui de la souveraineté du peuple dans l’égalité entre citoyens.
Les services publics deviennent alors le moyen d’organiser socialement le principe républicain d’égalité, l’outil politique de l’auto-émancipation du prolétariat pour une citoyenneté active où l’État n’est pas absent mais mis à distance par la municipalisation de certains services (régies de distribution de l’eau ou du gaz, de l’éclairage, les transports etc.). Donc, la commune chez elle et l’État chez lui.
Dès lors, les services publics sont-ils l’incarnation de l’État, sa manifestation sociale au niveau de la commune, ou bien sa pure et simple négation politique et économique par absorption locale ? Question de fond lancinante de ce texte qui s’inscrit pleinement dans les débats conflictuels entre socialistes de son temps : face aux guesdistes en France et face aux marxistes au sein de la Première Internationale au moins, également sensibilisée depuis 1874 à la question des services publics par la contribution du socialiste collectiviste belge César de Paepe. C’est surtout contre les monopoles nés de la concentration capitaliste (mais aussi contre la conception d’un État-patron prestataire de services publics), que l’intervention de l’État et des collectivités locales devient nécessaire selon des missions monopolistiques respectivement partagées : à la commune la charge de l’unité sociale par la démocratie directe et du monopole du travail ; à l’État l’unité politique de la République et, face au monopole du capital, le monopole sur le domaine foncier, les grandes industries et l’enseignement intégral (ceci dans la nation, mais aussi d’autres services publics, internationaux, devront être dévolus à la Confédération des peuples : chemins de fer, postes et télégraphes etc.).
Plus amplement encore, au-delà de la tentative de réconciliation paradoxale entre l’anarchisme et l’État, le possibilisme de Brousse ne tente-t-il pas, dans La Propriété collective et les Services publics, de dépasser l’alternative et même l’opposition, exacerbée par les marxistes, entre réformistes et révolutionnaires, pour prolonger graduellement, par-delà les clivages, le républicanisme bourgeois en République sociale, dans la lignée du socialisme jaurésien ?
  • LA PROPRIETE COLLECTIVE ET LES SERVICES PUBLICS : PRESENTATION DE BRUNO ANTONINI
    • Une vie entre médecine et politique
    • Le "possibilisme" comme posture anti-guesdiste
    • Socialisme municipal et "méthode socialiste" : un réformisme gradualiste
    • LA PROPRIETE COLLECTIVE ET LES SERVICES PUBLICS .Préface de 1910
    • Le communisme utopique et le communisme scientifique
    • Nécessité historique de l'intervention de l'état - formation du service public
    • Le parti ouvrier devant les services publics
  • Date de parution : 25/08/2011
  • Editeur : Bord de l'eau (Le)
  • Collection : Bibliothèque républicaine
  • ISBN : 978-2-35687-114-5
  • EAN : 9782356871145
  • Présentation : Broché
  • Nb. de pages : 98 pages
  • Poids : 0.122 Kg
  • Dimensions : 13,0 cm × 20,5 cm × 0,8 cm

Biographie de Paul Brousse

Bruno Antonini est professeur de philosophie au lycée Racine à Paris. Docteur en philosophie de l’Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, il a publié en 2004 État et socialisme chez Jean Jaurès (L’Harmattan). Membre actif de la Société d’études jaurésiennes et rédacteur aux Cahiers Jaurès, il est aussi membre de l’Association des Amis de Benoît Malon.
Paul Brousse - La Propriété collective et les Services publics.
La Propriété collective et les Services publics
10,20 €
Haut de page
Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK