La Place - Poche

Note moyenne 
20 notes -  Donner le premier avis
Il n'est jamais entré dans un musée, il ne lisait que Paris-Normandie et se servait toujours de son Opinel pour manger. Ouvrier devenu petit commerçant,... Lire la suite
5,60 € Neuf
  • Poche
    • La place
      Paru le : 16/03/2006
      En stock
      5,60 €
    • La place
      Paru le : 08/08/2017
      En stock
      4,90 €
    • La Place
      Paru le : 08/02/2010
      Expédié sous 3 à 6 jours
      4,90 €
    • La place
      Paru le : 17/08/2012
      Exclusivité magasins
      4,90 €
  • Ebook
    • La Place
      ePub
      Paru le : 31/01/2013
      Téléchargement immédiat
      5,49 €
  • Grand format
    • La Place
      Paru le : 01/01/1984
      En stock
      13,00 €
En stock en ligne
Livré chez vous à partir du 26 septembre
En librairie

Résumé

Il n'est jamais entré dans un musée, il ne lisait que Paris-Normandie et se servait toujours de son Opinel pour manger. Ouvrier devenu petit commerçant, il espérait que sa fille, grâce aux études, serait mieux que lui. Cette fille, Annie Ernaux, refuse l'oubli des origines. Elle retrace la vie et la mort de celui qui avait conquis sa petite " place au soleil ". Et dévoile aussi la distance, douloureuse, survenue entre elle, étudiante, et ce père aimé qui lui disait : " Les livres, la musique, c'est bon pour toi. Moi, je n'en ai pas besoin pour vivre ". Ce récit dépouillé possède une dimension universelle.

Caractéristiques

  • Date de parution
    27/04/2007
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-07-037722-0
  • EAN
    9782070377220
  • Format
    Poche
  • Présentation
    Broché
  • Nb. de pages
    114 pages
  • Poids
    0.08 Kg
  • Dimensions
    10,9 cm × 17,9 cm × 0,8 cm

Avis libraires et clients

L'éditeur en parle

"Enfant, quand je m'efforçais de m'exprimer dans un langage châtié, j'avais l'impression de me jeter dans le vide. Une de mes frayeurs imaginaires, avoir un père instituteur qui m'aurait obligée à bien parler sans arrêt en détachant les mots. On parlait avec toute la bouche. Puisque la maîtresse me "reprenait", plus tard j'ai voulu reprendre mon père, lui annoncer que "se parterrer" ou "quart moins d'onze heures" n'existaient pas.
Il est entré dans une violente colère. Une autre fois : "Comment voulez-vous que je ne me fasse pas reprendre, si vous parlez mal tout le temps !" Je pleurais. Il était malheureux. Tout ce qui touche au langage est dans mon souvenir motif de rancoeur et de chicanes douloureuses, bien plus que l'argent".

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
5,60 €