La Petite Chambre qui donnait sur la potence - Un combat pour la joie de vivre

Jean-Louis Spieser

(Traducteur)

,

Jean-Paul Sorg

(Préfacier)

Note moyenne 
Nathan Katz - La Petite Chambre qui donnait sur la potence - Un combat pour la joie de vivre.
C'est en juin 1915 que Nathan Katz est interné au camp de prisonniers de Nijni-Novgorod. Comme Etty Hillesum au camp de Westerbork, il écrit ce qu'il... Lire la suite
16,00 € Neuf
Bientôt disponible

Résumé

C'est en juin 1915 que Nathan Katz est interné au camp de prisonniers de Nijni-Novgorod. Comme Etty Hillesum au camp de Westerbork, il écrit ce qu'il voit. Les paysages grandioses de la plaine russe en hiver. Mais aussi, sous forme de courtes nouvelles, des por-traits : un camarade de détention, une infirmière... Cela aurait pu n'être que le témoignage d'un soldat prisonnier de guerre en Russie de juin 1915 à août 1916.
Mais c'est le premier livre de Nathan Katz et il préfigure déjà toute son oeuvre. Autodidacte passionné de littérature, jeté dans la guerre et blessé à 21 ans, il passe tout le temps de sa captivité à une seule chose : travailler sur lui-même. Et ce travail est avant tout, comme le proclame le sous-titre du livre, Un combat pour la joie de vivre : " J'aimerais bien savoir, écrit-il, qui pourrait m'interdire de me sentir libre ici, dans un camp de prisonniers, entouré de hauts murs certes, mais où le soleil brille dans la cour.
" Ne croirait-on pas lire le journal d'Etty Hillesum au camp de Westerbork ? Ecrit en langue allemande (l'Alsace était annexé au Reich depuis la défaite de 1870), Das Galgenstüblein raconte le devenir d'une conscience qui, jetée dans la mêlée d'une guerre, parvient à se former et à se dépasser en se hissant à l'universel. " Ce n'est sans doute pas un chef d'oeuvre littéraire, écrit Jean-Paul Sorg dans sa préface.
C'est mieux que cela ! [...] C'est une confession singulière, à nulle autre pareille, qui prend place doucement – à pas de colombe – dans le champ de la littérature spirituelle mondiale, cent ans après sa première édition. "

Caractéristiques

  • Date de parution
    09/04/2020
  • Editeur
  • Collection
  • ISBN
    978-2-84590-297-8
  • EAN
    9782845902978
  • Présentation
    Broché
  • Poids
    0.214 Kg
  • Dimensions
    13,5 cm × 20,5 cm × 1,3 cm

Avis libraires et clients

L'éditeur en parle

Ecrit en langue allemande (l'Alsace était annexé au Reich depuis la défaite de 1870), Das Galgenstüblein raconte le devenir d'une conscience qui, jetée dans la mêlée d'une guerre, parvient à se former et à se dépasser en se hissant à l'universel. "Ce n'est sans doute pas un chef d'oeuvre littéraire, écrit Jean-Paul Sorg dans sa préface. C'est mieux que cela ! (...) C'est une confession singulière, à nulle autre pareille, qui prend place doucement - à pas de colombe - dans le champ de la littérature spirituelle mondiale, cent ans après sa première édition".

À propos de l'auteur

Biographie de Nathan Katz

Nathan Katz est né le soir de Noël de l'année 1892 à Waldighoffen, dans le Sundgau (au sud de l'Alsace annexée). Son père tient la boucherie kasher du village. Il fréquente l'école unique du village où l'enseignement se fait en allemand. A quinze ans il entre comme " apprenti de bureau " à la filature des Frères Lang, à Waldighoffen. Il s'initie aux classiques allemands, anglais, français, grecs (Sophocle, Euripide, Aristophane), mais aussi chinois.
Incorporé sous l'uniforme allemand en septembre 1913, il a le bras droit brisé en août 1914. En janvier 1915 il est envoyé en Prusse Orientale, puis sur le front russe. En juin 1915, il est fait prisonnier et interné aux camps de Sergatsch et Nijni-Novgorod. En août 1916 il est rapatrié et interné à Saint-Rambert-sur-Loire, puis à Lourdes. Enfin, en décembre 1918, il retrouve Waldighoffen. Il devient voyageur de commerce pour l'industrie métallurgique, pour les machines textiles, puis pour les aliments Ancel.
Il couvre surtout le Midi et l'Afrique du Nord où il écrit ses textes en alémanique. Trois livres l'accompagnent toujours : la Vie de Bouddha, le Faust de Goethe, la Vie de Jésus de Renan. Au château d'Altkirch, il rencontre Jean-Paul de Dadelsen et Guillevic. Après sa démobilisation, il s'installe en 1940 à Limoges. Il y rencontre Valéry. Rapatrié en Alsace, il sera jusqu'à sa retraite en 1958 bibliothécaire à la Bibliothèque Municipale de Mulhouse.
En 1948, il épouse Françoise Boilly, arrière-petite-fille du Général Foy. Il meurt à Mulhouse en 1981. Cros.

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

La Petite Chambre qui donnait sur la potence - Un combat pour la joie de vivre est également présent dans les rayons

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK