La métamorphose des ruines - L'influence des découvertes archéologiques sur les arts et lettres (1870-1914)

Note moyenne 
Sophie Basch - La métamorphose des ruines - L'influence des découvertes archéologiques sur les arts et lettres (1870-1914).
La constitution de l'archéologie comme instrument méthodologique, dans les années 1870, s'inscrit dans le cadre du débat houleux qui a opposé l'histoire... Lire la suite
60,00 € Neuf
Expédié sous 4 à 8 semaines
Livré chez vous entre le 21 novembre et le 19 décembre
En librairie

Résumé

La constitution de l'archéologie comme instrument méthodologique, dans les années 1870, s'inscrit dans le cadre du débat houleux qui a opposé l'histoire à la littérature au tournant du siècle : une nouvelle génération d'historiens refusait les vases communicants. Cette polémique concernant la redistribution des disciplines a particulièrement affecté la France de la Troisième République. Dans ce contexte, qu'advient-il du lien unissant l'archéologie, les lettres et les arts ? On s'intéressera en particulier à l'archéologie grecque, au nom de laquelle fut créée en Grèce la première institution scientifique étrangère, l'Ecole française d'Athènes, dont la mission de recherche, relayant sa vocation artistique initiale, s'affirma de manière ; décisive après la défaite de 1870. Comment les écrivains et les artistes, à la lumière des nouvelles découvertes, accueillirent-ils le renouvellement de l'Antiquité, source d'inspiration faussement immuable ? Comment acclimatèrent-ils une image désormais accaparée par une érudition revendiquant son autonomie ? A la nouvelle conception du discours historique s'ajoute une nouvelle conception de la Grèce. La constitution en Etat d'un pays qui représenta pendant des siècles une patrie mentale avait engendré, une vague de mishellénisme. Au seuil politique succède et se superpose un seuil épistémologique : la découverte de la Grèce archaïque, byzantine, médiévale oblige à diversifier un regard jusqu'alors étrangement fixe. Une autre méthode, d'autres Grècs. Quelle place ; reste-t-il pour le mélange des genres cher à la génération de 1830 et aux post-romantiques ? A l'heure du cloisonnement des matières, quel écho l'archéologie peut-elle encore avoir en dehors de la science ?

Sommaire

    • Sophie Basch, Introduction : l'" archéologie subjective "
    • Alexandre Farnoux, Ruines, vestiges et patrimoine
    • Olga Polychronopoulou, Architecture en fragments et réalité imaginaire : le cas des reconstitutions graphiques des monuments préhistoriques en Grèce au XIXe siècle et au début du XXe siècle
    • Vassiliki Chryssovitsanou, Les figurines cycladiques : de la répulsion à la fascination
    • Panayotis Tournikiotis, La Grèce dans l'histoire et la théorie de l'architecture (1899-1902) Choisy et Guadet
    • Jean-Claude Mossière, Les images de la métamorphose et les métamorphoses de l'image
    • Christine Peltre, Les " Tanagras de ces jours-ci " : archéologie et modernité
    • Georges Tolias, Usages et abus de l'hellénisme en Grèce, 1870-1914
    • Paolo Tortonese, Théophile Gautier, écrivain archéologue
    • Sophie Basch, Du Byzantinisme à Byzance et de l'Histoire au théâtre
    • Autour de Théodora (1884) de Victorien Sardou
    • Jean-Yves Masson, Hofmannsthal à la rencontre de la Grèce : le voyage de 1908 et ses prolongements
    • Valérie Deshoulières, Heinrich Schliemann, épisodes ignorés d'une vie posthume ; Ruines antiques et chagrins d'aujourd'hui: de l'espace au non-lieu
    • Yves Lenoir, Les musiques grecques et l'Europe occidentale (1870-1914)

Caractéristiques

Avis libraires et clients

Du même auteur

Les clients ont également aimé

Derniers produits consultés

Decitre utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus OK
60,00 €